19.04.2014 | Samedi Saint | Ex 14,15à15,1a Rm 6,3b-11 Lc 24,1-12

Des cathos sur la toile

12 mai 2012 | 11h47

Avec une larme, elle échappe à l’euthanasie

Alors que l’euthanasie est proposée comme une solution, pour ne pas dire une évidence, voici un témoignage découvert sur la revue L’1visible.
Dom Romain
 

Les faits ont eu lieu à l'hôpital de Strasbourg, en juillet 2009, quand Angèle Lieby, admise pour une migraine, tombe dans le coma.

Au bout de 3 ans, les médecins et sa famille s’apprêtent à la condamner : « Il va falloir la débrancher, déclare le médecin. Plus rien ne fonctionne à part le cœur. » Son époux Raymond, dévasté, finira par aller choisir le cercueil, en chêne clair capitonné de satin blanc. « J’étais perdu, avoue-t-il. Je la voyais morte, mais je ne pouvais pas accepter qu’on la tue. » Les obsèques sont fixées au 20 juillet. Mais au moment de prendre l'ultime décision, Angèle laisse couler une larme. Car si elle était inerte, Angèle était parfaitement consciente. « J'entendais les gens qui étaient dans ma chambre, qui me rendaient visite, qui me parlaient, pleuraient. Je le sentais, je l'entendais (…) Quand on me faisait mal, j'avais envie de me manifester, mais ce n'était pas possible. J'étais figée. »

Alertés par cette réaction, les médecins l’aident à se réveiller. Le soir même, Angèle bougeait un doigt. Le lendemain, un orteil. Et s’il lui a fallu encore quatre mois pour respirer sans tubes, tout l’hôpital a assisté, perplexe, à une résurrection digne de ce nom.

Angèle Lieby a témoigné dans son ouvrage « Une larme m’a sauvée », sorti en mars dernier, pour que son histoire ne se répète pas avec d'autres patients.

« Si cela peut donner de l’espoir à ceux qui croient leur proche parti, si on peut respecter davantage les gens dans le coma, alors je pourrai mourir tranquille quand mon heure viendra! »
 

Un reportage de RTLinfo.be, que j'ai découvert grâce à L'1visible.


Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.

Ce champ ne peux pas être vide. Ce champ ne peux pas être vide. Vérifiez le format du numéro de téléphone, ex: +41791234567 Ce champ ne peux pas être vide.


En nous fournissant votre numéro de téléphone portable, vous nous permettez d'éviter de nombreux abus grâce à une procédure rapide et discrète.
Vous recevez immédiatement, par sms/texto, un code de validation à introduire dans le champ approprié pour validation de votre commentaire, aussitôt porté en file d'attente d'approbation.

L'abbé Philippe AYMON est prêtre du diocèse de Sion; il signe les posts de son blog: cathossurlatoile.

Suivez-le sur Twitter: @Abbe_Aymon


Contenus relatifs récents

Articles de blog relatifs

En marge du "rapport Sicard": l'examen de conscience de la Suisse

En 2010, j'ai publié aux Editions Saint-Augustin un petit livre ...

[lire la suite...]

Pique-nique spirituel

Loin de moi avec ce titre un peu accrocheur où se mêle le ...

[lire la suite...]

Nul n'est prophète en son pays

Jésus revient pour la première fois dans son village de ...

[lire la suite...]

Contenus relatifs - archives

France : Déclaration des évêques sur la ‘fin de vie’

Un projet de loi sur la fin de vie pourrait être déposé ...

[lire la suite...]

Un miracle bientôt attribué au Père Popieluszko?

Le 14 septembre 2012, un prêtre est appelé en urgence, à ...

[lire la suite...]

L'euthanasie des enfants dans le collimateur

"Alors qu’au Parlement on se penche à nouveau sur un ...

[lire la suite...]

Le mystérieux "prêtre-ange" du Missouri identifié

Le prêtre avait administré une onction d'huile sainte et ...

[lire la suite...]