25.10.2014 | Férie du Temps ordinaire | Ep 4,7-16 Lc 13,1-9

APIC| 16 mai 2011 | 17h47

Plein succès des journées "Bible ouverte" à Bulle

Bulle: Les journées "Bible ouverte" se sont achevées dimanche 15 mai à Bulle sur des notes plus que positives. Retour sur une manifestation œcuménique qui a permis, du 10 au 15 mai, d’aborder la Bible par l’art et la théologie.
Le Père Charles Morerod lors de journées "Bible ouverte", le 15 mai 2011 à Bulle (Photo Elom Abgenouvon) Le Père Charles Morerod lors de journées "Bible ouverte", le 15 mai 2011 à Bulle (Photo Elom Abgenouvon)

Elom Abgenouvon
Ce dimanche 15 mai en fin d'après-midi, à l'heure du premier bilan de "Bible ouverte", qui a fait de Bulle la capitale du livre sacré pendant six jours, l'abbé Jean-Claude Dunand et le pasteur Gérard Stauffer étaient aux anges. Pour une première édition, la manifestation a été un succès. L'abbé Dunand, président du comité d'organisation était très touché par la mobilisation et la participation : "Ce fut une occasion de se rendre compte que la parole habite les enfants, les adolescents, les adultes et les personnes âgées. La nourriture terrestre perd sa saveur à un moment donné, mais celle de la Bible demeure à jamais. Elle est vivante ta Parole Seigneur", s'exclame t-il.
Pour le pasteur Stauffer de l'église réformée de Bulle-Gruyère, ce fut un moment œcuménique unique : "Nous venons de vivre un véritable grand moment œcuménique. Nous n'avons pas fait d'œcuménisme de façade, car c'est un projet que nous avons construit ensemble, main dans la main, du début à la fin. Et le résultat est merveilleux".

Le public apprécie les doutes de Pilate

La manifestation avait ouvert ses portes six jours plus tôt avec l'exposition de dix tableaux bibliques du peintre genevois Jean-Luc Bouchardy, suivie le week-end par des conférences, des expositions, des visites de monuments ainsi que des spectacles.
L'un des moments forts fut la représentation de la pièce "L'Evangile selon Pilate" d'Eric-Emmanuel Schmitt, par la troupe française "Antibes Art Passion", devant plus de 170 spectateurs, le samedi soir, à l'aula du CO de Bulle. Sur scène, Lionel Bussard et Jean-Pierre Francès ont tenu en haleine un public conquis par cette redistribution mise en scène par Frédérique Francès. Un jeu d'acteurs salué par tous les spectateurs. L'objectif de cette pièce est de susciter des questionnements, relève M. Francès."C'est carrément une enquête policière. Et qui dit enquête dit questions. Qu'on soit croyant ou pas, à la sortie on continue de se poser des questions", commente celui qui se déclare pourtant lui-même agnostique.

Bulle, ville aux monuments

Les visites des monuments, comme la chapelle du couvent Notre-Dame-de-Compassion, l'église St-Pierre-aux-Liens et le temple réformé, ont eu beaucoup de succès. Selon Denis Buchs, ancien conservateur du Musée gruérien et de la Bibliothèque de Bulle, la chapelle Notre-Dame-de-Compassion était un haut lieu du pèlerinage marial, bien avant Les Marches ou Bourguillon. Elle était sous la responsabilité des capucins. Epargnée par le grand incendie du 2 avril 1805 qui a détruit Bulle, elle servira de lieu de culte principal en attendant la reconstruction de l'église St-Pierre-aux-liens. On a découvert aussi que cette dernière fut l'une des plus vieilles églises du canton et dont les origines remonteraient bien avant le 9e siècle.
Au temple réformé, le pasteur Gérard Stauffer rappelle que la présence des protestants en Gruyère remonte à 1838. Mais ce n'est qu'en 1894 que le temple, financé par les protestants vaudois, sera inauguré, avec des modifications successives au fil des années. C'est ainsi que le lieu de prédication sera déplacé à gauche pour faire place à une imposante croix, dressée dans le chœur. "C'est un choix des responsables de l'époque de mettre la prédication de la Parole au service du ressuscité", commente M. Stauffer.

Pourquoi lire la Bible ?

Après sa prédication lors de la célébration œcuménique du dimanche matin, le père Charles Morerod a tenu l'après-midi une conférence sur le thème "Pourquoi lire la Bible ?», dans la chapelle du couvent Notre-Dame-de-Compassion. Selon ce fils de la région, actuel recteur de l'Université pontificale Saint Thomas d'Aquin à Rome, l'idée de Dieu a guidé mais aussi déçu plus d'une vie. Lire la Bible, c'est s'intéresser à la question de Dieu. Mais de nombreuses questions demeurent autour du livre sacré : comment savoir que la Bible est bien la parole de Dieu ? Ou encore, faut-il se limiter aux écritures ou il y a bien d'autres moyen de vivre et d'approfondir sa foi comme la catéchèse ?" Selon le Père Morerod, "le christianisme n'est pas une religion de livre, mais avant tout une religion de personne : Jésus-Christ. C'est avec lui que nous sommes en relation. C'est un dialogue avec Jésus. Nul ne connaît Dieu, mais son Fils venu au milieu de nous, nous l'a fait connaître comme le dit le début de l'évangile selon saint Jean". Le lien avec le Christ prime donc sur le livre.

Les enfants recréent le monde

Dans un registre plus artistique, le peintre Jacques Cesa a expliqué au public la démarche des enfants pour réaliser les œuvres exposées sous les Halles. Les enfants ont dans un premier temps réfléchi durant les vacances de Pâques à l'état du monde actuel : "J'étais impressionné par leurs inquiétudes : guerre, famine, nucléaire, pollution, peurs diverses. Pour leur âge ils sont très attentifs aux actualités. Il a fallut gommer toutes ces images négatives, faire table rase de tout cela et repartir de rien. Ils voulaient alors réinventer le monde, tout comme dans la Genèse, recommencer le travail de la création", commente l'artiste. Le fruit de leurs inspirations, ce sont des dizaines de tableaux individuels, dont deux grands panneaux illustrant le jour et la nuit ainsi que les luminaires, représentés par un grand mobile en cuivre au centre de l'exposition.
Les organisateurs se laissent le temps de digérer ce succès, d'évaluer la manifestation et de voir la suite à donner au concept.


APIC | 16 mai 2011 | 17h47 | © Utilisation des articles et toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l'éditeur est interdite et illégale.
ID de l'article : 1888

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.

Ce champ ne peux pas être vide. Ce champ ne peux pas être vide. Vérifiez le format du numéro de téléphone, ex: +41791234567 Ce champ ne peux pas être vide.


En nous fournissant votre numéro de téléphone portable, vous nous permettez d'éviter de nombreux abus grâce à une procédure rapide et discrète.
Vous recevez immédiatement, par sms/texto, un code de validation à introduire dans le champ approprié pour validation de votre commentaire, aussitôt porté en file d'attente d'approbation.


Contenus relatifs récents

Morges: La fête à La Longeraie pour les 50 ans de la FEDEC-VD

La fête a commencé par une messe d’action de grâce ...

[lire la suite...]

Mgr Morerod se mouille pour la bonne cause

Sur une vidéo postée le 22 août 2014 sur la chaîne ...

[lire la suite...]

Articles de blog relatifs

Couleur de Raemy

Alain de Raemy est évêque. Rien d’étonnant pour ...

[lire la suite...]

Fallait-il vraiment un nouvel évêque?

Samedi matin, en cuisine. Pour une fois je me tiens à la disposition ...

[lire la suite...]

Fallait-il un évêque?

Mgr de Raemy soyez le bienvenu. Enfin êtes-vous là. Au vu de ...

[lire la suite...]

Contenus relatifs - archives

Lancement des journées "Bible ouverte" à Bulle

"Avec des artistes et des théologiens, ouvrons la Bible ensemble!", c'est ...

[lire la suite...]

Ouvrir la Bible ensemble

Alors que les Européens se détournent de la Bible et préfèrent parfois lire ...

[lire la suite...]

Bulle: Plus de 3'000 jeunes chrétiens à la «Rencontre de Jeunesse»

«La 'Rencontre de Jeunesse', c’est une manifestation ...

[lire la suite...]

Pour Mgr Morerod, l'initiative du 9 février affaiblit l'opposition à l'avortement

Pour Mgr Morerod, cette initiative a le grand mérite d'inviter ...

[lire la suite...]