Accueil haut droite

Après l'enterrement d'un chien, quelle place pour les animaux à l'Eglise?

Miss Chiwa, une chienne chihuahua morte à l’âge de 11 ans, a eu droit à une véritable cérémonie religieuse, à l’église. Cette chienne et leurs maîtres étaient notamment connus pour leurs nombreux passages dans des émissions de télévision.

Face à l’émoi suscité, Mgr Rémi Vancotten, évêque de Namur, a rappelé, dans un communiqué que, s’il est toujours possible de prier avec et pour ceux qui sont dans la peine, «il faut à tout prix éviter toute ambiguïté qui pourrait semer la confusion dans les esprits quant aux funérailles chrétiennes».

L’Eglise catholique garde en général une certaine prudence concernant la place à donner aux animaux. Dans un article de septembre 2013, l’Apic relevait que quelques prêtres, en Suisse romande, célébraient régulièrement des bénédictions pour les animaux. L’abbé Olivier Jelen, curé des paroisses de Corsier, Hermance et Meinier à Genève, a fondé en 2001 la Fraternité sacerdotale internationale pour le respect de l’animal, dont les membres doivent signer une charte. «Je souhaitais que l’Eglise catholique porte un regard différent sur l’animal, plus miséricordieux. L’animal vit du souffle de Dieu et ses souffrances doivent être reconnues», expliquait-il en 2013.

Selon lui, l’Eglise catholique a un regard «dominant» sur l’animal, qui serait l’héritage du philosophe français René Descartes. «A travers le siècle des Lumières, l’Eglise catholique a écarté l’animal». Le prêtre, qui a écrit son mémoire de licence sur la théologie animale, rappelait qu’au XIXe siècle, on a enlevé des statuaires l’animal qui se trouvait aux côtés des saints.°(apic/rz)

 

Jusqu'où ira-t-on avec les cérémonies pour les animaux? (Dessin:Raphaël Zbinden)
28 avril 2015 | 14:18
par Raphaël Zbinden
Partagez!

plus d'articles de la catégorie «Accueil haut droite»