Cité du Vatican. (Photo: Cath.ch)
Blog
Cité du Vatican. (Photo: Cath.ch)

8 décembre


Quel 8 décembre que celui de 2015! En ce jour de l’Immaculée Conception de Marie, il est un autre motif de réjouissance: il y a cinquante ans exactement, le concile Vatican II clôturait ses quatre ans de travaux. Et la constitution pastorale Gaudium et Spes, aux accents dynamiques, était publiée: “Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ”. Le pape François, aujourd’hui, ne dirait pas mieux.

8 décembre 1965 – 8 décembre 2015: le monde a profondément changé. Mais les intuitions du Concile demeurent. “La communauté des chrétiens se reconnaît réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire”, poursuit Gaudium et Spes. Alors que la peur des attentats, les flux migratoires et la guerre en Syrie occupent les esprits, l’Eglise occupe le devant de l’actualité avec “autre chose”. Une année sainte, a dit le pape François. Surprenante nouvelle qui rend à la fois hommage au travail des Pères conciliaires et qui ouvre à un temps fort sur le plan spirituel.

Notre monde a besoin d’autre chose. Notre vie a besoin de plus que la litanie lancinante des semeurs de mort. Aux Etats-Unis, on tue pour un oui ou pour un non, dans les écoles, les universités ou les réunions. En France, l’idéologie d’extrême-droite envahit la sphère publique. En Afrique, la corruption et le népotisme continuent de freiner l’ascension d’un continent pétri de vie.

Et qui ose aujourd’hui une parole solidaire pour exprimer “les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses”? Seul le pape François ose, innove, propose. Il a pris la parole sur l’écologie dans ‘Laudato si’, il revient de Centrafrique où il a ouvert la première porte sainte de l’année, il lance aujourd’hui même l’année de la Miséricorde.

Car notre monde a besoin de miséricorde, il a besoin de tendresse, il a besoin d’un horizon plus ample que le consumérisme effréné ou le nihilisme ravageur de Daech. La miséricorde de Dieu est offerte, sans répit. Seul l’amour sauvera le monde.

Bernard Litzler | 08.12.2015

Bernard Litzler

Bernard Litzler, directeur de Cath-Info tient une chronique politico-religieuse baptisée: «Rue Brique». Elle devient de plus en plus «Rue Briques» !

Auteur
Dernières publications
Donald Trump, nouveau président des Etats-Unis (Photo: Michael Vadon/Flickr/CC BY-SA 2.0)
Quelles relations dans un monde hyperconnecté? (Photo:Luc Legay/Flickr/CC BY-SA 2.0)