En rentrant de vacances, sommes-nous transfigurés? | © Pixabay
Blog
En rentrant de vacances, sommes-nous transfigurés? | © Pixabay

Bronzés ou Transfigurés?


Plusieurs d’entre nous reviennent de vacances tout bronzés, puisqu’en général l’été est une saison qui laisse des traces sur nos peaux européennes. Mais sommes-nous pour autant transfigurés?

Si «bronzé» ne vient que du métal dont la couleur orne les peaux hâlées par le disque solaire, «transfiguré», lui, évoque l’épisode au cours duquel Pierre, Jacques et Jean ont vu leur Rabbi étinceler d’une lumière divine au sommet de la montagne.

Et je me prends à rêver. Je rêve de chrétiens qui auraient comme but de revenir de leurs vacances non pas bronzés, mais bien transfigurés.

La fête de la Transfiguration que nous avons célébrée la semaine dernière, le 6 août, est idéalement placée au cœur de la lumière de l’été. Jésus-transfiguré, c’est le visage de l’homme-Dieu qui se donne à voir au travers du visage de l’homme-Jésus. A travers sa figure, d’où le mot «trans-figuré». Et tout chrétien devrait tendre à la transfiguration!

Il n’est pas de mise d’afficher une face de piment au vinaigre en sortant de la messe

Au lieu de cela, observez-nous sur les parvis, le dimanche matin, avec nos têtes de Carême sans Pâques! En sortant de la messe, pourtant, il n’est pas de mise d’afficher une face de «piment au vinaigre» comme le rappelle souvent le pape François. On voit d’ailleurs assez bien ce que cette savoureuse expression de son pays peut signifier!

Non… nous devrions avoir au mieux des visages de ressuscités, nous devrions être réellement transfigurés, c’est-à-dire refléter quelque chose de la lumière de Dieu que nous venons de recevoir en nous par la petite hostie!

Et en revenant d’un temps de repos, de ce shabbat annuel que sont les congés de l’été, nous devrions non seulement être bronzés mais bien plus transfigurés!

Alors, au retour des horizons lointains de vos vacances, quelle lumière allez-vous laisser paraître sur votre visage ? Celle du bronze ou celle de Dieu?

Vincent Lafargue | 12.08.2018

Vincent Lafargue

Un Mot à la Foi

L’abbé Vincent Lafargue est prêtre du diocèse de Sion, curé de montagne actuellement dans les paroisses d’Evolène, Hérémence et Vex. Ancien professeur auprès de l’Alliance Française, il présente ici, chaque mois, un mot. Un mot de notre langage courant, en apparence connu, mais en le mettant en lien avec son sens sacré ou profond, avec l’actualité et avec la Foi.

Auteur
Dernières publications
Novembre ne serait-il pas un mois lumineux? | © Jose Alvarez/Flickr/CC BY-SA
Le chapelet n'est devenu que tardivement une prière mariale (Photo:Pixabay.com)