La Chandeleur est la "fête des chandelles" | © Esteban Chiner/Flickr/CC BY-SA 2.0
Blog
La Chandeleur est la "fête des chandelles" | © Esteban Chiner/Flickr/CC BY-SA 2.0

Chandelle!


Si ce cri “Chandelle!” résonne dans votre tête avec une voix de petite fille ou de petit garçon, c’est sans doute que vous avez joué au jeu du “Mouchoir” quand vous étiez petit, un jeu dont une des variantes est appelée “Jeu de la Chandelle”.

Dans cette option du jeu du “Mouchoir”, celui qui avait réussi un tour complet revenait vers sa victime – derrière laquelle il avait déposé son mouchoir – et criait “Chandelle!”. L’étourdi devait alors se mettre au centre du cercle, debout, comme une chandelle, en attendant qu’un autre étourdi vienne le remplacer.

L’expression “le jeu n’en vaut pas la chandelle” ne vient pourtant pas du tout de là. Elle nous ramène au temps où les théâtres étaient éclairés à la bougie. Si la recette récompensant le jeu des acteurs ne remboursait pas même le prix des nombreuses bougies nécessaires à éclairer la salle et la scène, on parlait d’un spectacle dont le jeu ne valait effectivement pas la chandelle.

“Pour les chrétiens, la Chandeleur marque la fête de la vie consacrée”

Pourquoi évoquer la chandelle dans ce blog? Parce que nous nous apprêtons à célébrer, samedi 2 février, la fête de la Chandeleur. Si cette fête évoque pour beaucoup de nos contemporains l’odeur des crêpes davantage que celle des bougies, il s’agit pourtant bien de la “fête des chandelles”, d’où son nom. Il s’agit, à l’origine, d’une fête latine païenne.

Pour nous les chrétiens, elle marque la fête de la vie consacrée et la présentation de Jésus au Temple, 40 jours après sa naissance, sa reconnaissance comme lumière du monde par le vieux Syméon ce jour-là. C’est en l’honneur de Jésus-Lumière que sont bénies, traditionnellement, toutes les bougies que les fidèles apportent à la messe ce jour-là.

Osons le rappeler à nos célébrants de nos eucharisties ce samedi, en leur demandant une bénédiction sur les bougies que nous pouvons apporter… mais vu la température actuelle, n’oublions pas non plus d’apporter nos mouchoirs, même si personne ne criera “Chandelle!” d’une riante voix d’enfant.

Vincent Lafargue

28 janvier 2019

Vincent Lafargue

Un Mot à la Foi

L’abbé Vincent Lafargue est prêtre du diocèse de Sion, curé de montagne actuellement dans les paroisses d’Evolène, Hérémence et Vex. Ancien professeur auprès de l’Alliance Française, il présente ici, chaque mois, un mot. Un mot de notre langage courant, en apparence connu, mais en le mettant en lien avec son sens sacré ou profond, avec l’actualité et avec la Foi.

Auteur
Dernières publications
Le chocolat vous éloigne-t-il de Dieu? | © Sonia Belviso/Flickr/CC BY 2.0
L'attente, un bienfait pour notre monde actuel? | © Paolobarzman/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0