La Corée du Nord et les Etats-Unis se menacent mutuellement du feu nucléaire (Photo d'illustration: USMissile Defence Agency/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY 2.0</a>)
Blog
La Corée du Nord et les Etats-Unis se menacent mutuellement du feu nucléaire (Photo d'illustration: USMissile Defence Agency/Flickr/CC BY 2.0)

Halte à la barbarie


Bernard Litzler | La soudaine montée de tension entre Donald Trump et Kim Jong-un inquiète. Car le tempérament “explosif” (un mot de circonstance) de l’un comme de l’autre peut conduire à une crise insurmontable, sur fond d’armes nucléaires. Alors que le président états-unien annonce “un feu et une fureur que le monde n’a jamais vus jusqu’à présent”, son homologue nord-coréen répond par la menace de tirer sur la base américaine de Guam, dans le Pacifique.

Aussi imprévisible l’un que l’autre, les deux chefs d’Etat sont entraînés dans une escalade verbale. Et quand parfois les mots s’arrêtent, les armes prennent le relais, comme en attestent les tirs de missile coréens. Le monde sera-t-il conduit à la guerre par deux impulsifs?

Le jeu est dangereux et la pente savonneuse. Il serait convenu de dire que le chef d’une démocratie comme les Etats-Unis d’Amérique dispose de plus de retenue. Avec le nouveau président, rien n’est moins sûr. Et il paraît tentant pour le dictateur asiatique de tester les capacités de réaction du patron de la Maison-Blanche.

Au XXIe siècle, plus de 70 ans après Hiroshima et Nagasaki, la terreur nucléaire paraît un jeu entre puissances. C’est effrayant. Comme si nous n’avions pas retenu les leçons du 6 août 1945. Comme si le feu nucléaire, évité entre les deux Grands, ressurgissait comme une tentation personnelle. Comme si la querelle d’egos ne pouvait se dissoudre que dans l’acte ultime: appuyer sur le bouton de la plus terrifiante arme conçue par les humains.

La barrière entre barbares et civilisés semble ténue. Car nous portons tous des germes d’inhumanité, d’indifférence aux autres et de cession à nos pulsions. Les djihadistes, endoctrinés souvent de manière solitaire, sont rattrapés par des responsables politiques dans leurs projets mortifères. La puissance dévastatrice des armes nucléaires ne confère-t-elle pas à ceux qui en disposent d’un pouvoir équivalent, toutes proportions gardées, aux poseurs de bombes artisanales ou aux conducteurs de camions assassins? Halte à la barbarie, est-on tenté de dire. Haut et fort. Notre époque vaut mieux que cela. Et mérite une autre ambiance que celle d’une terreur d’Etat proche de la terreur de l’islam radical.

Bernard Litzler

Bernard Litzler, directeur de Cath-Info tient une chronique politico-religieuse baptisée: «Rue Brique». Elle devient de plus en plus «Rue Briques» !

Auteur
Dernières publications
Le président rwandais Paul Kagame brigue un troisième mandat (Photo: Veni/Flickr/CC BY-NC 2.0)
La question du mariage revient sur le devant de la scène (Photo:Pixabay.com)