Novembre ne serait-il pas un mois lumineux? | © Jose Alvarez/Flickr/CC BY-SA
Blog
Novembre ne serait-il pas un mois lumineux? | © Jose Alvarez/Flickr/CC BY-SA

Novembre


Vincent Lafargue | Novembre est certes le nom d’un excellent vin doux, mais c’est aussi et même souvent un mois mal-aimé. Mois des déprimes liées au manque de soleil, aux jours devenant très courts, novembre est le 11e de l’année et pourtant son nom porte la racine “neuf” (novem en latin). Quel est ce mois mystérieux passé de 9e à 11e ?

Novembre était le 9e mois du calendrier romain “romuléen” qui divisait l’année en dix mois, d’où la racine latine “dix” – decem – qu’on retrouve en DECembre, et les racines sept (septum) et huit (octo) en SEPTembre et en OCTObre). Ce calendrier partait de la fondation de Rome en 753 avant Jésus-Christ et compte donc ses années en fonction de cette date première.

Si novembre était le 9e mois romain, cela faisait donc de mars le premier mois, nommé ainsi en l’honneur du dieu Mars, père du fondateur de Rome, Romulus, d’où le nom de ce calendrier – “romuléen”. Les Romains commençaient donc l’année au printemps, au moment des semailles, ce qui peut sembler assez logique: le temps où l’on plante, c’est le temps où tout commence.

Trois siècles plus tard, en 450 avant Jésus-Christ, on ajouta deux mois, janvier et février, dans le calendrier dit “pompilien” (du nom du roi Numa Pompilius), pour rapprocher le début de l’année du solstice d’hiver, moment où les jours recommencent à s’allonger. Mais ce n’est qu’avec le calendrier “julien”, appelé ainsi en l’honneur de Jules César, que l’on fit officiellement commencer l’année au 1er janvier.

“Que novembre – faussement taxé de sombre – vous soit donc lumineux!”

Puis vint notre actuel calendrier chrétien dit “grégorien” (du nom du pape Grégoire XIII qui l’imposa), c’est ce calendrier qui est utilisé dans la majeure partie du monde aujourd’hui…

…Ce qui ne vous empêche pas de vous retrouver en ce mois de novembre 2018 en l’an 2561 en pays bouddhiste (religion numérotant les années à partir de la naissance de Bouddha en 543 avant Jésus-Christ)… ou encore en l’an 1440 en pays musulman (selon le calendrier “hégirien” qui débute au départ du voyage de Mahomet de la Mecque à Médine, l’hégire, en 622).

Quoi qu’il en soit, novembre s’ouvre sur la Toussaint, une fête joyeuse et lumineuse puisque c’est celle de tous les Saints et se termine autour du premier dimanche de l’Avent, fête lumineuse également puisqu’elle représente le moment où l’on commence à voir se lever la lumière de Noël. C’est tout sauf un mois sombre, vu ainsi.

Que novembre – faussement taxé de sombre – vous soit donc lumineux!

Vincent Lafargue

8 novembre 2018

Vincent Lafargue

Un Mot à la Foi

L’abbé Vincent Lafargue est prêtre du diocèse de Sion, curé de montagne actuellement dans les paroisses d’Evolène, Hérémence et Vex. Ancien professeur auprès de l’Alliance Française, il présente ici, chaque mois, un mot. Un mot de notre langage courant, en apparence connu, mais en le mettant en lien avec son sens sacré ou profond, avec l’actualité et avec la Foi.

Auteur
Dernières publications
Le chapelet n'est devenu que tardivement une prière mariale (Photo:Pixabay.com)
Les médias rivalisent pour l'immédiateté de l'information (Pixabay.com)