Homélie

Homélie du 20 décembre 2020 (Lc 1, 26-38)

Père Jacques-Benoît Rauscher, OP – Collégiale Saint-Laurent, Estavayer-le-Lac, FR

Souvent, dans l’Evangile de l’Annonciation que nous entendons ce dimanche, c’est la dernière phrase de la Vierge Marie qui retient le plus l’attention : « voici la servante du Seigneur ». En un sens, c’est bien normal. En effet, ce sont ces mots qui engagent Marie et, avec elle, toute l’humanité : c’est parce que Marie accepte d’être la servante du Seigneur que nous pourrons fêter Noël d’ici quelques jours. Pourtant, cette acceptation de Marie risque de nous faire oublier un peu vite qu’elle a d’abord posé une question: « comment cela va-t-il se faire ? ». Et c’est précisément sur cette phrase, sur cette question, que je voudrais méditer avec vous en ce dernier dimanche de l’Avent. Une question peut avoir deux dimensions. Elle peut être une interpellation ; mais elle peut être aussi une demande d’éclaircissement. La question de Marie conjugue ces deux dimensions… et cela n’est pas sans conséquences très concrètes pour notre vie de foi aujourd’hui.

Un cri lancé vers Dieu

« Comment cela va-t-il se faire ? ». Si une actrice était appelée à jouer le rôle de Marie dans une représentation du mystère de l’Annonciation, elle pourrait choisir de prononcer cette phrase un peu comme un cri ; un cri qui ferait écho à l’effroi qui saisit la Vierge quand elle voit l’Ange entrer chez elle. Lancer une question quand nous vivons quelque chose de grand est une expérience que nous faisons tous, à notre niveau : « comment cela est-il possible ? Qu’ai-je fait pour que cela m’arrive, à moi ? » Ces interrogations nous pouvons les prononcer devant un évènement très heureux, mais aussi devant un grave malheur qui nous accable. Elles sont le cri d’une personne dépassée. Ces questions n’attendent pas d’abord une réponse. Elles cherchent avant tout à être accueillies. D’ailleurs, l’Ange ne répond pas à Marie en lui présentant une explication détaillée. Il accueille sa question et lui redit l’essentiel : « l’Esprit-Saint viendra sur toi. La puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. ». Dieu nous prend toujours sous son ombre quand nous osons, comme Marie, jeter vers le Ciel les situations qui nous dépassent.

Ne pas rester statiques sur notre chemin de foi

« Comment cela va-t-il se faire ? » Il y a une seconde manière de comprendre la question de Marie. Il s’agirait moins de voir cette question comme un cri lancé vers Dieu que comme une volonté de mieux comprendre ce que Dieu réalise. Il nous est dit plusieurs fois dans l’Evangile que Marie ne « comprenait pas » ce que Jésus disait (Lc 2,50). Mais il est aussi indiqué qu’elle méditait toutes choses dans son cœur (Lc 2,19 et Lc 2,51). Ce qui caractérise Marie est qu’elle est en chemin, qu’elle cherche à progresser dans sa foi. Si Marie, la Vierge immaculée, comblée de grâces, choisie de toute éternité, ne comprend pas et doit progresser dans son chemin de foi, il ne nous faudrait jamais désespérer de ne pas comprendre immédiatement tout le contenu de notre foi. La première phrase que l’Evangile retient de Marie est une question, un « comment ». Il y a là pour nous une invitation à ne pas délaisser les questions que nous nous posons sur la foi, mais à toujours plus chercher à les approfondir, quels que soient notre âge ou notre niveau d’études. Dieu nous demande de ne pas rester statiques sur notre chemin de foi en prétextant trop vite qu’il y a des mystères qu’il ne faut pas explorer. Comme Marie, il faut nous mettre en route et toujours avancer en prenant le risque de nous interroger, d’approfondir les points qui nous semblent obscurs dans la foi que nous confessons.

Marie assume pleinement son humanité

Frères et sœurs, parfois, nous mettons Marie à une place si élevée que nous en oublierions presque qu’elle est humaine. « Comment cela va-t-il se faire ? ». La question de l’Evangile de ce dimanche nous montre que Marie assume pleinement une humanité dont le propre est d’être déboussolée mais aussi de grandir, pas à pas, dans la connaissance de son Seigneur. C’est précisément parce qu’elle n’a pas peur de se comporter de manière humaine que Marie peut accueillir Dieu qui se fait homme.

A quelques jours de Noël, prions pour avoir, nous aussi, l’audace d’interpeller Dieu face aux évènements qui nous dépassent ou aux situations qui nous révoltent. Prions pour avoir le courage de creuser les points de la foi qui nous interrogent. C’est seulement de cette manière que nous pourrons, comme Marie, servir le Seigneur en toute vérité et Le voir naître dans toute l’épaisseur – très humaine, mais authentique – de notre vie.

4e DIMANCHE DE L’AVENT
Lectures bibliques : 2 Samuel 7, 1-5.8b-12.14a.16; Psaume 88 (89), 2-3, 4-5, 27.29; Romains 16, 25-27; Luc 1, 26-38

l’Annonciation, dont l’art de Fra Angelico fait une «irruption de l’extraordinaire dans l’ordinaire».
20 décembre 2020 | 09:29
Partagez!

plus d'articles de la catégorie «Homélie»