Homélie

Homélie du 21 mai 2020 ( Mt 28, 16-20)

Mgr Jean Scarcella – Abbaye de Saint- Maurice

Mes sœurs, mes frères,
L’Ascension du Seigneur Jésus n’est pas la fête du nez planté au ciel, comme semblent l’être les Apôtres après que Jésus y soit monté ! Non, l’Ascension du Seigneur doit changer notre regard de cap. Certes, toujours il faut aspirer au ciel puisque c’est un objet de la promesse de Jésus, mais je ne crois pas que nous y parviendrons dans un mouvement de lévitation. Notre regard doit se porter vers l’horizon, jusqu’à ce point de fuite là-bas, très loin dans le temps, et ici, tout proche dans nos cœurs, où la vie sur la terre rejoint le ciel, ou si vous voulez, là où le ciel se penchera vers la terre. C’est ce que disent les deux hommes en vêtements blancs aux Apôtres : « Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

À Jésus, à Dieu, appartient la ligne verticale, au peuple des chrétiens, à l’Église, convient la ligne horizontale. Et nous le savons, un jour les deux lignes se croiseront au cœur de la croix par elles ainsi dessinée, là où se trouve le propre cœur de Dieu, là où nous recevons la vie donnée par le baptême dans l’Esprit Saint.

Regarder en avant

Regarder vers l’horizon, frères et sœurs, c’est regarder en avant, c’est découvrir le chemin que le Seigneur nous demande de parcourir pour le suivre. Regarder vers l’avant, c’est vouloir avancer, et avancer provoque au rapprochement. Oui, le chrétien n’est pas en état d’ascension, mais en état de progression ; parce qu’avancer, aller vers, c’est chercher la rencontre. Et c’est à cela que le Seigneur nous appelle : le rencontrer. Et il a besoin de chacun de nous pour que cette rencontre se produise un jour. Certes celle de la Parousie au Jour de Dieu, mais déjà toutes les rencontres au long de nos jours. Nous allons vers Dieu, par ce chemin, et nous sommes appelés à y emmener tous nos frères. Toute notre vie chrétienne, frères et sœurs, parce qu’elle est pèlerinage sur le chemin du ciel, est balisée de rencontres. La rencontre avec soi, la rencontre avec le Seigneur, la rencontre avec les autres.
Et pour cela, nous sommes envoyés, ainsi que nous l’a dit Jésus : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ». Oui, le Seigneur nous envoie à la rencontre de tous ceux qui connaissent Jésus, ou auront appris à le connaître. Pour ce faire il faut que chacun, personnellement, chaque jour et régulièrement rencontre le Christ : dans sa Parole, par l’Eucharistie et la prière.

Vous serez mes témoins


Ainsi Jésus nous dit : « Allez ! », et non pas : «montez» ! Allez là où je suis allé, et là où je vous mène ! Vous en êtes capables puisque, par l’Esprit Saint que vous avez reçu, je vous ai donné mes instructions ; ainsi nous enseigne le Livre des Actes des Apôtres. Oui, nous avons tout appris du Seigneur, et l’Esprit Saint qui est en nous, nous guide, parle et prie pour nous et avec nous. Nous savons que nous avons à annoncer le Royaume de Dieu avec la force de l’Esprit Saint, afin de répondre à cette autre injonction de Jésus : « Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

L’expérience de la présence du Seigneur


Non, ne restons pas là à fixer le ciel, mais regardons vers l’avant, là où nous attend toute rencontre, là où le Seigneur va en faisant de nous ses témoins. Car je crois que c’est cela l’Ascension du Seigneur, frères et sœurs ; non pas un instant surnaturel de notre Histoire, mais un temps tout simplement naturel, où Dieu veut se dire par nous, se faire connaître à travers nous, se montrer prêt à offrir son cœur à qui pourra croire en Lui et L’aimer. L’Ascension du Seigneur nous indique notre trajectoire de chrétiens, comme nous l’a parfaitement dit saint Paul à l’instant : « Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître ».
Voici donc ici, frères et sœurs, l’objet premier de la rencontre avec soi : faire l’expérience de la présence du Seigneur qui se révèle à nos vies, afin que nous le connaissions toujours mieux, toujours plus. La rencontre avec soi, c’est rencontrer soi-même le Seigneur, et se savoir, dès lors, investi du rôle qu’il nous attribue. De là, donc, découlera le résultat de la rencontre avec lui-même, quand nous serons capables de ressentir ce qu’il souhaite. Et c’est là que saint Paul nous dit : « Que Dieu ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur ». Nous sommes en plein dans le cœur à cœur avec le Seigneur, que nous vivons totalement dans l’Eucharistie, la prière ou l’adoration. Cela nous rend fort, nous ouvre à l’espérance, afin d’être capable de recevoir tout appel venant de lui.

La rencontre avec les autres


Et c’est alors que nous sommes prêts à la troisième rencontre, celle avec les autres, parce que nous avons reçu un héritage à partager avec eux. Oui, notre horizon est marqué par la présence des hommes et des femmes de notre temps. Héritiers de la grâce de Dieu – sa propre vie – par notre baptême, héritiers de l’amour de Dieu par l’Esprit qui habite en nous, héritiers de la paix de Dieu par sa Parole, lumière qui guide nos pas, nous avons le devoir de distribuer cet héritage que le Seigneur nous remet, en étant témoins de son amour ; comme il l’a dit à ses disciples dans la deuxième partie de sa phrase d’envoi : « Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ».

C’est vrai, Jésus quitte physiquement cette terre sur laquelle il est né homme, mais il reste présent en nous par son Esprit : « Vous allez recevoir une force quand le Saint Esprit viendra sur vous », a encore dit Jésus à ses disciples avant de partir. Mais cette force, c’est lui, c’est son Esprit et celui du Père, c’est l’héritage dont nous sommes investis, chargés de rendre fécond en en témoignant à chaque rencontre. Ainsi appuyons-nous sur saint Paul pour conclure : « L’Église, c’est l’accomplissement total du Christ ». Cette Église que nous sommes, frères et sœurs, parce que Jésus est avec nous « tous les jours jusqu’à la fin du monde ».
Ainsi soit-il !

Solennité de l’Ascension du Seigneur
Lectures bibliques : Actes 1, 1-11 / Psaume 46 / Éphésiens 1, 17-23 / Matthieu 28, 16-20

21 mai 2020 | 09:35
Partagez!

plus d'articles de la catégorie «Homélie»