Homélie

Homélie du 23 août 2020 (Mt 16, 13-20)

Chanoine François Lamon – Hospice du Grand-Saint-Bernard, VS                                                                                         

Qui est Jésus pour nous ?`

Deux questions me semble-t-il dans cet évangile. Deux questions essentielles posées par Jésus que toute communauté chrétienne doit entendre et auxquelles tout chrétien doit répondre un jour ou l’autre.

La première : « pour les gens, qui suis-je ? ». Cette question que Jésus a posé aux Apôtres hier, c’est à nous qu’il la pose aujourd’hui : « Pour les gens que vous connaissez, qui suis-je ? »

Donner le goût de croire

Que dit-on de Jésus autour de nous ?  Au travail ? En famille ? Parmi nos amis ?…Rien ?… pas possible ! Oh ! Alors, si nous n’entendons jamais parlé de Jésus autour de nous, c’est déjà une réponse… C’est donc que Jésus est le grand absent, celui dont on ne parle pas, auquel on ne fait jamais allusion… jamais référence. Dans ce monde d’indifférence, comment donner le goût de croire ?… Comment donner la chance de croire ?

Mais n’en restons pas là, car Jésus ne laisse pas tout le monde indifférent, heureusement. Certains témoignent, comme ce couple d’agriculteurs : « Nous n’aurons jamais trop de notre vie entière pour remercier Jésus d’avoir révélé le vrai visage de Dieu, d’être « Dieu avec nous » et de remplacer la vengeance par le pardon et l’amour. »

Un petit enfant : « Jésus, il aime tout le monde, même les voleurs. »

 Un prêtre témoigne : « j’avais 8, ans un jour, maman me dit, le plus naturellement possible : « tu sais mon grand, si Jésus t’appelle à devenir prêtre, dis OUI, tu seras heureux ». Et le prêtre de poursuivre : « Chaque fois que je pensais à cette phrase, j’avais la paix et la joie qui venaient dans mon cœur ».

Partager notre expérience avec Jésus

Nous avons beaucoup à recevoir de la réponse des autres. Il faut guetter la réponse sur tout visage d’homme, pas forcément ceux qui savent le mieux parler, pas forcément dans les endroits religieux les mieux étiquetés, car des millions d’hommes et de femmes à travers le monde, donnent leur réponse dans la vie de tous les jours, à la maison, au travail et dans les mille dévouements qui soutiennent les grandes causes.

Et puis n’oubliez pas d’écouter le murmure des réponses sur le lit des malades et dans la bouche émerveillée des enfants.

Partager l’expérience que nous avons avec Jésus est un grand cadeau que nous nous faisons mutuellement. Cela nous remplit de joie et de reconnaissance.

Il faut passer à la 2ème question : « Et pour vous, qui suis-je ? A cette question que Jésus nous pose, prendrons-nous un moment de silence aujourd’hui ou dans la semaine pour formuler notre réponse. Personne ne peut le faire à notre place. Ne cherchez pas une réponse sur le registre sentimental. La foi n’est pas de cet ordre-là. Non plus sur le registre intellectuel. Tout le monde n’est pas théologien. C’est une réponse vitale que Jésus attend.

Une réponse vitale

Elle est vitale, cette réponse d’une femme de 48 ans… le médecin l’avait rappelée sur son lieu de vacances. Après des analyses catastrophiques, le traitement était urgent…chimiothérapie. Le prêtre de la paroisse a été lui rendre visite. Ecoutez ce qu’elle a dit : « Je vais peut-être mourir à 48 ans. Si je meurs, je veux partir comme pour un voyage, puisque Jésus est le chemin. »

Le lendemain, elle a rappelé le prêtre : « Je ne vous ai pas tout dit. Vous savez la difficulté de notre couple. J’ai dit à mon mari l’an dernier : je prie Dieu qu’il me donne la force de pardonner, mais je ne lui ai pas encore pardonné, et pourtant, si je meurs, je veux partir en paix avec tout le monde, puisque Jésus est le pardon. »

Jésus… le chemin… même au-delà de la mort.

Jésus… le pardon… même au-delà du possible !

Voilà qui est Jésus pour cette femme. Quelle belle réponse, n’est-ce pas ? Pas seulement en paroles et en discours, mais en acte et en vérité. C’était sa réponse à elle, l’Evangile vécu. Jésus, la révélation de Dieu – Amour qui donne sa vie et attend la réponse personnelle de chacun.

Et la nôtre ? Pour nous-mêmes, qui est Jésus ?

Concluons : Jésus nous pose deux questions aujourd’hui, pourquoi ne pas lui en poser « une » cette semaine. Car Jésus répond dans le silence du cœur autant que dans l’Evangile. Une question répétitive : « Jésus, que ferais-tu à ma place en ce moment ? »….

Amen !

21e DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
Lectures bibliques : Isaïe 22, 19-23; Psaume 137, 1-2a, 2bc-3, 6.8bc; Romains 11, 33-36; Matthieu 16, 13-20

Georges Rouault: «Les disicples de Jésus»
23 août 2020 | 09:40
Partagez!

plus d'articles de la catégorie «Homélie»