La charité n'est pas obsolète (Photo:mira66/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-SA 2.0</a>)
Vatican
La charité n'est pas obsolète (Photo:mira66/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Vatican: Un congrès pour affirmer que la charité n’est pas obsolète     

23.02.2016 par I.MEDIA

La charité n’est pas “un vieux message“. C’est ce que martèlent les organisateurs du congrès international qui aura lieu au Vatican les 25 et 26 février 2016 à l’occasion du 10e anniversaire de Deus caritas est, la première encyclique de Benoît XVI. L’événement, qui s’inscrit dans les initiatives du Jubilé de la miséricorde selon la volonté du pape François, se déroulera sous l’égide du Conseil pontifical Cor Unum.

Il s’agira pour les plus de 200 participants à la rencontre de retrouver l’esprit de l’encyclique qui “ne s’est pas conclue il y a 10 ans“ mais qui garde toute sa valeur, explique Mgr Giampietro Dal Toso, secrétaire du dicastère. Alors que la charité est devenue aujourd’hui “une caricature“ d’elle-même, réduite à “donner l’aumône au pauvre“, le prélat italien encourage à approfondir le concept théologique de cette réalité liée à l’identité de l’Eglise catholique.

Charité juive et musulmane

Cependant la charité ne peut être cantonnée à une question intra-ecclésiale, estime Mgr Dal Toso, car elle est “profondément anthropologique“. Le congrès verra d’ailleurs les interventions du rabbin David Rosen et du professeur musulman Saeed Ahmed Khan. Une présence interreligieuse pour rappeler que, dans toutes les religions, “l’attention à l’autre est importante“. Sur le terrain, en particulier au Moyen-Orient, assure le sous-secrétaire de Cor Unum Mgr Segundo Tejado Munoz, la charité est une bonne forme de collaboration avec les musulmans et les orthodoxes.

Avec Fabrice Hadjadj

Le congrès a recueilli plus de 200 adhésions, surtout des représentants de conférences épiscopales et d’organismes caritatifs de l’Eglise catholique. Il sera retransmis en direct sur le site du dicastère. Parmi les intervenants, outre de hauts prélats du Vatican, figureront le philosophe français Fabrice Hadjadj, directeur de l’Institut européen d’études anthropologiques “Philanthropos” à Fribourg, le cardinal philippin Luis Antonio Tagle, président de Caritas Internationalis, et les représentants d’associations humanitaires au Cap-Vert, en Syrie, au Venezuela et au Paraguay. Les participants seront reçus par le pape le 26 février. (cath.ch-apic/imedia/ak/rz)


Sion le 13 octobre 2017. Le philosophe Fabrice Hadjadj lors d'une conférence au collège des Creusets. | © B. Hallet

Fabrice Hadjadj: "Il faut ressusciter la politique"

Se définissant comme athée fidèle, André Comte-Sponville est philosophe et écrivain. (Photo: Wikimedia Commons/Wikinade/CC BY-SA 2.5)

Fribourg: Deux jours sur le suicide

Actualités ›