Les Africains de Suisse en pèlerinage à  Einsiedeln  (Photo: Jacques Berset)
Suisse
Les Africains de Suisse en pèlerinage à Einsiedeln (Photo: Jacques Berset)

7ème édition du Pèlerinage des Africains à Einsiedeln le 26 août

16.07.2017 par Jacques Berset, cath.ch

Pour la 7ème fois consécutive, samedi 26 août 2017, plusieurs centaines d’Africains, venant de tous les coins de Suisse se rendront en famille, accompagnés d’amis suisses, en pèlerinage à l’Abbaye bénédictine d’Einsiedeln, sur le thème “Ensemble en marche vers Dieu et le prochain”.

Cette nouvelle édition du Pèlerinage des Africains à Notre-Dame des Ermites, dans le canton de Schwytz, fera une nouvelle fois vibrer, au son des balafons et des djembés, les ors baroques du vénérable sanctuaire.

Plus de 350 pèlerins originaires de tous les pays africains sont attendus, communique
Marco Schmid, responsables de la coordination générale du pèlerinage africain 2017.

Méditer sur la dure réalité de la migration

Plusieurs chœurs africains accompagneront musicalement la rencontre, qui débutera, comme lors des précédentes éditions, par le Chemin de croix aux stations sculptées par Alois Payer, en longeant le Johannisbach puis en montant vers St. Meinrad, où culmine un imposant calvaire. Les stations de la via crucis sont à chaque fois l’occasion de méditer, à partir d’un extrait des Ecritures, sur ce que vivent aujourd’hui les migrants et les réfugiés qui fuient la misère et la répression. Le point culminant de la rencontre sera la célébration eucharistique dans l’église de l’abbaye prévue à 12h30, présidée par Mgr Markus Büchel, évêque de St-Gall.

Mgr Markus Büchel est sensible à la réalité de la migration. Ici, dans un camp de réfugiés musulmans syriens à Zahlé, au Liban (Photo: Jacques Berset)

Igbos du Nigeria, Erythréens, Camerounais, Congolais, Angolais et Rwandais sont attendus pour animer ces lieux d’ordinaire si solennels de leurs youyous et de leurs danses chaloupées rythmées par les percussions. Comme de coutume, aux pèlerins catholiques devraient se joindre, au milieu d’une foule joyeuse et enthousiaste, des Erythréens de confession orthodoxe et quelques fidèles appartenant à des Eglises évangéliques et de Réveil.

Exprimer sa foi à la manière africaine

Les participants sont invités à prendre avec eux un pique-nique qui sera partagé au terme de la célébration eucharistique dans la cour de récréation de l’école de l’abbaye. Des groupes régionaux préparent aussi des spécialités culinaires africaines pendant que les chœurs présents chanteront des chansons de leurs pays d’origine.

Avec le pèlerinage africain, les Africains et les Africaines résidant en Suisse ont la possibilité d’exprimer la foi à leur façon ainsi que de prier ensemble en faveur de leur patrie d’adoption, des pays africains et de leurs familles.

Favoriser la rencontre et la connaissance

En outre, ce pèlerinage vise l’objectif de rendre le public attentif à la présence dans l’Eglise en Suisse de nombreux chrétiens provenant du continent africain ainsi que de favoriser la rencontre et la connaissance avec les gens du pays d’accueil. Chaque intéressé, indépendamment de son origine, est chaleureusement invité à participer au pèlerinage africain.

A côté du français, de l’allemand et de l’anglais, on parlera à cet évènement national aussi bien le lingala, l’igbo, le tigrinya que de nombreuses autres langues africaines. Le français, l’allemand et l’anglais seront toutefois les langues principales. Un “livret du pèlerinage” dans ces trois langues est mis à disposition des participants. Samedi 26 août, des nombreux autobus seront organisés depuis Bâle, St-Gall, Berne, Bienne, Fribourg, Lucerne et Zurich.

Ce pèlerinage permet, outre l’expression publique de leur foi, de renforcer également la fierté et la confiance des Africains vivant en Suisse, qui ressentent parfois le regard hostile de quelques-uns, parfois même le racisme. (cath.ch/com/be)


7e Pèlerinage africain à Einsiedeln (photo Vera Rütimann)

7e pèlerinage africain à Einsiedeln

Mgr Kyrillos William Samaan, évêque copte catholique d'Assiout, visite une paroisse de Haute-Egypte (Photo: Jacques Berset)

En Egypte, les terroristes ont perdu, assure Mgr Kyrillos William Samaan

Actualités ›