Erevan le 24 juin 2016. Le pape François est reçu par le président arménien Serge Azati Sargsian.  (Photo: Keystone/AP Photo/Andrew Medichini)
Vatican
Erevan le 24 juin 2016. Le pape François est reçu par le président arménien Serge Azati Sargsian. (Photo: Keystone/AP Photo/Andrew Medichini)

A Erevan, le pape François évoque la tragédie et les horreurs du “génocide“ arménien

25.06.2016 par I.MEDIA

Reçu au palais présidentiel à Erevan (Arménie), le 24 juin 2016, le pape François a évoqué en termes clairs la tragédie du “génocide“ arménien, pointant aussi le risque “de retomber dans de telles horreurs“.

Ne craignant pas de se froisser une nouvelle fois avec la Turquie ou l’Azerbaïdjan où il est attendu en septembre prochain, le chef de l’Eglise catholique est sorti de son texte pour ajouter, au dernier moment, le mot contesté de “génocide“, source de brouilles diplomatiques. Le pape a également déploré que les “grandes puissances regardaient ailleurs“ lors d’autres grands génocides de l’histoire.

Le pape François a ainsi pris la parole devant le président Serge Azati Sargsian au premier jour de son voyage en Arménie. Le texte de ce discours, communiqué au préalable à la presse, ne comportait pas initialement le mot génocide que le pape évoquait cependant sans le nommer, en termes assez clairs. Mais, de façon inattendue, il est sorti quelque peu de son texte, prononçant le mot qui avait déclenché 14 mois plus tôt une brouille diplomatique avec Ankara. En avril 2015, alors qu’il célébrait une messe pour le centenaire du “martyre“ arménien au Vatican, le pape François avait été le premier pontife à parler publiquement de génocide. La Turquie avait alors rappelé son ambassadeur auprès du Saint-Siège, en signe de contestation.

“Le Grand mal”

Dans son discours en italien, le pape François est donc revenu sur “le Metz Yeghérn, le ‘Grand mal’, qui a frappé (ce) peuple et a causé la mort d’une multitude considérable de personnes“ en 1915 et 1916. “Cette tragédie, a poursuivi le pape, ce génocide (mot ajouté, ndlr), a inauguré malheureusement la triste liste des effroyables catastrophes du siècle dernier, rendues possibles par d’aberrantes motivations raciales, idéologiques ou religieuses, qui ont enténébré l’esprit des bourreaux au point qu’ils se sont fixé le dessein d’anéantir des peuples entiers“.

Improvisant encore, le pape a jugé “tellement triste“ que “les grandes puissances internationales regardaient ailleurs“ lors de ce génocide et des “deux autres“. Il n’a pas précisé à quels génocides il faisait référence, même s’il est légitime de penser qu’il s’agit de la Shoah et des massacres perpétrés par l’URSS de Staline.

Face aux “résultats néfastes auxquels ont conduit, au siècle dernier, la haine, le préjugé et le désir effréné de domination, je souhaite vivement que l’humanité sache tirer de ces tragiques expériences la leçon d’agir avec responsabilité et sagesse pour prévenir les dangers de retomber dans de telles horreurs“, a encore affirmé le pape. Et le pontife de souhaiter que se multiplient “les efforts afin que dans les controverses internationales prévalent toujours le dialogue, la recherche constante et authentique de la paix, la collaboration entre les Etats et l’engagement assidu des organismes internationaux, en vue de construire un climat de confiance propice à la conclusion d’accords durables“. (cath.ch-apic/imedia/ami/bh)


Le pape s'oppose à l'euthanasie et à l'acharnement thérapeutique. | © Ctv

Fin de vie: le pape provoque le débat en Italie

Le pape a lancé la Journée mondiale des pauvres en 2016, lors du jubilé de la miséricorde après le pèlerinage organisé par Fratello. | © Fratello.org

Le pape convie 4'000 personnes défavorisées à un repas

Actualités ›