Afrique de l'Ouest: Boko Haram redouble de violence

Les pays de la région de l’Afrique occidentale sont confrontés à la recrudescence de l’activité des islamistes de Boko Haram. Une série d’attaques, les 23 et 24 mars 2020, entre le Nigeria et le Tchad, a provoqué la mort d’au moins 150 militaires.

En pleine situation d’urgence sanitaire due au Covid-19, qui a désormais atteint également l’Afrique occidentale, une offensive menée par les terroristes de Boko Haram, 24 mars dernier, a fait 92 victimes parmi les militaires tchadiens. Il s’agit de l’opération la plus sanglante jamais perpétrée par l’organisation terroriste dans la péninsule de Boma, en province de Lac, frontalière du Niger et du Nigeria.

L’assaut a duré au moins sept heures et les renforts envoyés sur place ont subi des pertes. Selon certains témoignages, 24 véhicules de l’armée auraient été détruits, y compris des véhicules blindés alors que les miliciens de Boko Haram ont volé des armes aux militaires.

La veille, 23 mars, les djihadistes avaient tué au moins 50 militaires nigériens dans une embuscade, dans l’Etat de Yobe septentrional.

Au nord du Cameroun également, à la frontière avec le Nigeria, des centaines de familles ont été contraintes à évacuer au cours de ces derniers mois à cause de la nouvelle vague de violence déclenchée par Boko Haram.

Plusieurs localités ont été attaquées depuis décembre dernier. Dans presque tous les cas, des incendies, des saccages, des enlèvements et des homicides commis par les djihadistes ont été signalés. (cath.ch/fides/bh)

29 mars 2020 | 09:57
par Bernard Hallet
Boko Haram (72), Cameroun (47), Nigeria (165)
Partagez!