La cathédrale de Ratisbonne en Allemagne (photo Wikimedia commons Omnidoom 999 CC BY-SA 2.5)
International
La cathédrale de Ratisbonne en Allemagne (photo Wikimedia commons Omnidoom 999 CC BY-SA 2.5)

Allemagne: Des requérants d'asile occupent la cathédrale de Ratisbonne

06.07.2016 par Maurice Page

La quarantaine de requérants d’asile qui occupent depuis le 5 juillet 2016 la cathédrale de Ratisbonne, en Bavière, ont passé leur première nuit sur place. Les autorités ecclésiales n’ont pas demandé leur évacuation. Elles se concertent avec la police sur la suite des procédures, indique le 6 juillet l’agence de presse catholique allemande KNA.

Les réquérants, qui sont normalement hébergés dans des centres de renvoi à Ingolstsadt et à Ratisbonne, ont présenté leur situation et leurs revendications à la presse. Tous sont sous le coup d’une décision d’expulsion. Par leur protestation, ils veulent obtenir le droit de rester en Allemagne. Quelques-uns sont en Allemagne depuis un à deux ans, les autres depuis quelques mois. Certains seraient malades.

Les requérants se sont plaints aussi de leurs conditions de vie dans les centres. Ils y vivent dans la peur constante d’une venue nocturne de la police pour les expulser de force. Les enfants sont angoissés et ne fréquentent pas l’école. “Nous voulons être respectés comme des êtres humains”, ont-ils souligné. Ils ont enfin remercié l’Eglise de leur laisser l’autorisation de demeurer dans la cathédrale. La police est passée régulièrement pour se renseigner sur les personnes présentes, mais personne n’a pour l’instant été arrêté. Un groupe de soutien d’une cinquantaine de personnes a installé une tente sur le parvis de l’église pour faire entendre les revendications des requérants vers l’extérieur. (cath.ch-apic/kna/mp)

 


Yohannes Berhane (22 ans), réfugié reconnu,est en train de terminer son AFP d’assistant mécanicien après deux ans de formation | © Caritas Suisse Fabian Biasio

Caritas Suisse demande d'offrir de meilleures chances aux jeunes réfugiés

"Osons l'accueil" Massome et sa fille Farneza (Photo: Jacques Berset)

Enquête: "J’étais étranger et vous m’avez accueilli"

Actualités ›