Démolition de l'église du 'chandelier doré' de Linfen, le 9 janvier 2018 | capture d'écran youtube
International
Démolition de l'église du 'chandelier doré' de Linfen, le 9 janvier 2018 | capture d'écran youtube

Les autorités chinoises font démolir une église protestante à Linfen

13.01.2018 par Maurice Page

Les autorités chinoises ont démoli le 9 janvier  2018, une grande Église protestante dans la ville de Linfen, dans la province du Shanxi. Les fidèles n’on rien pu faire pour s’opposer à la démolition de l’édifice construit en 2009.

Il s’agit de la troisième démolition ou fermeture d’une église chrétienne en Chine en un peu plus de deux semaines, dénonce l’agence de presse catholique Ucanews. Elle survient dans le cadre d’une répression plus large des religions “occidentales” par le gouvernement de Xi Jinping. Des groupes musulmans, en particulier dans la province du Xinjiang, ont également été pris pour cible.

Des responsables ont encerclé ‘l’église du chandelier doré’ de Linfen, tandis que des bulldozers réduisaient le grand bâtiment en ruine, a déclaré un témoin à Radio Free Asia. De nombreux membres des troupes anti-émeutes étaient mobilisés pour empêcher toute manifestation.

Selon les autorités chinoises, la monumentale église évangélique du ‘Chandelier doré’, peinte en gris, surmontée de tourelles et d’une grande croix rouge, avait été érigée illégalement en 2009. Un chrétien a donné son terrain agricole à une association chrétienne locale qui a construit cette église, prétextant bâtir un entrepôt, a indiqué un responsable local. Sa démolition s’effectue dans le cadre d’une campagne municipale visant à éliminer les constructions illégales, a indiqué le journal Global Times.

D’autres églises démolies

Le 27 décembre, une église catholique du village de Zhifang, dans le district de Lauyu de la ville de Xian, dans la province voisine de Shaanxi, a été démolie après que les autorités ont déclaré qu’elle occupait illégalement un terrain. Une église protestante dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, a également été fermée durant la même période. Ce que l’association de défense des chrétiens américaine ChinaAid a dénoncé comme une “persécution digne de l’Etat islamique”. Les responsables de l’Église du chandelier doré avaient déjà fait l’objet de poursuites judiciaires et subi des peines de prison allant de un à sept ans, a dénoncé l’ONG.

Le Parti communiste (PCC) au pouvoir en Chine, voit avec en effet avec défiance tout mouvement organisé qui risque d’échapper à son contrôle, notamment les organisations religieuses. Les autorités répriment assez systématiquement les Eglises dites ‘clandestines’ c’est-à-dire celles qui refusent de se faire enregistrer officiellement de se rallier aux associations patriotiques. Dans la province du Zhejiang, plus de 1’500 églises, catholiques et protestantes, ont été visées par des démolitions, des fermetures ou des déménagements forcés ces dernières années. Les autorités chinoises recourent de plus en plus aux lois immobilières pour faire enlever les croix et démolir les églises. (cath.ch/ucanews/mp)


Le cardinal Zen s'oppose à un éventuel accord entre Rome et la Chine mais ne veut pas rompre le dialogue. (Photo: Wikimedia commons Heurik CC BY-SA 2.0 DE)

Chine: Le Vatican aurait demandé à des évêques clandestins de céder leur siège à des évêques officiels

Le cardinal Zen Ze-Kiun, archevêque émérite de Hong Kong (Photo: Stephen Wu/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Hypothétique accord du Saint-Siège avec la Chine

Actualités ›