L’église et le mémorial des martyrs arméniens dans la ville syrienne de Deir ez-Zor, dynamités par les terroristes de Daech | © al Masdar
International
L’église et le mémorial des martyrs arméniens dans la ville syrienne de Deir ez-Zor, dynamités par les terroristes de Daech | © al Masdar

Bachar el-Assad va restaurer l’église arménienne de Deir ez-Zor dynamitée par Daech

11.01.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Le président syrien Bachar el Assad a promis de faire reconstruire sur fonds publics l’église mausolée des martyrs arméniens dans la ville syrienne de Deir ez-Zor, dévastée par les djihadistes de Daech, l’Etat islamique, en septembre 2014.

Le chef de l’Etat syrien a dit sa volonté de faire renaître de ses cendres le sanctuaire dédié aux victimes du Génocide arménien de 1915, selon Armenpress et la chaîne de télévision Ishtar TV. Il a fait cette promesse à l’occasion de sa rencontre avec une délégation d’hommes d’affaires arméniens en visite en Syrie sous la conduite de George Barseghian, président du Comité de représentation des Arméniens syriens en Arménie.

Un important lieu de la mémoire arménienne

En septembre 2014, les djihadistes de Daech ont occupé une partie de la ville de Deir ez-Zor, ville à majorité kurde, détruisant quelques jours plus tard l’église où étaient conservés les restes des victimes du Génocide arménien.

L’église avait été consacrée en 1991 en tant que mémorial du Génocide et comprenait également un musée conservant les restes de victimes des massacres subis voici un siècle par les Arméniens en territoire ottoman entre 1915 et 1916.  Des tueries s’étaient notamment déroulées dans la zone désertique autour de Deir ez-Zor.

Le complexe était tout à la fois un lieu de culte, un musée, un monument, un centre d’archives et d’expositions. Il était placé sous l’autorité directe du patriarche du diocèse arménien d’Alep. Chaque année, le 24 avril, plusieurs dizaines de milliers de pèlerins d’origine arménienne venus du monde entier venaient s’y recueillir en mémoire des victimes du génocide.

Une région convoitée, riche en pétrole

En août 2014, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, les terroristes de Daech ont assassiné des centaines de membres des tribus locales. Ils ont également mené, ces derniers mois, des combats contre les miliciens islamistes d’al-Nosra (affiliés un temps à al-Qaïda) afin de s’assurer le contrôle de la zone, riche en pétrole. La ville fut reprise par l’armée syrienne en novembre 2017, mais des groupes djihadistes continuent à perpétrer des attaques ciblées dans les zones environnantes.

Les contacts entre la Syrie et l’Arménie se sont intensifiés après la nomination du nouvel ambassadeur syrien à Erevan, qui a commencé à reprendre les contacts avec la communauté des Arméniens syrien ayant immigré dans le pays du Caucase en raison du conflit syrien. La délégation d’entrepreneurs arméniens a manifesté également sa disponibilité à participer à la reconstruction des infrastructures syriennes dévastées par la guerre. “L’Arménie, a déclaré à la presse George Barseghian, fait partie des pays qui n’ont pas fermé leur ambassade durant la guerre, conservant toujours les liens interétatiques et envoyant des aides à la Syrie”. (cath.ch/fides/be)


Le Père Jacques Mourad témoigne du calvaire du peuple syrien et de son espérance | © Jacques Berset

Le Prix littéraire de l’Œuvre d’Orient au P. Jacques Mourad, "survivant" de Daech

Le Père Aram Romel Hanna, fondateur du centre d'aide psychologique aux victimes de Daech | © Jacques Berset

Irak: les enfants issus du viol des femmes yézidies rejetés de leur communauté

Actualités ›