Irak: Le pape fait part de ses condoléances après un nouvel attentat contre les chrétiens

Bombe contre un bus d’étudiants dans la Plaine de Ninive

Rome/Mossoul, 5 mai 2010 (Apic) Le pape Benoît XVI a exprimé mardi ses condoléances pour les victimes d’un double attentat qui a visé des étudiants chrétiens. L’attaque, qui a pris pour cible dimanche un convoi de bus qui transportait des étudiants de la ville chrétienne de Hamdaniya (Qaraqosh-Baghdeda) à l’Université de Mossoul, a fait quatre morts et 171 blessés, dont 17 sont dans un état grave.

Dans un télégramme portant la signature du cardinal secrétaire d’Etat du Vatican Tarcisio Bertone et adressé à l’archevêque syro-catholique de Mossoul, Mgr Georges Casmoussa, le pape se déclare «profondément attristé par la tragique perte de vies humaines et pour les blessés». En priant pour les victimes et leurs familles, le pape Benoît XVI répète sa «proximité spirituelle avec les communautés chrétiennes de l’Irak». Il renouvelle son appel à tous les hommes et les femmes de bonne volonté pour qu’ils renoncent à la violence.

Télégramme à Mgr Georges Casmoussa

Mgr Georges Casmoussa – réfugié comme de nombreuses familles chrétiennes dans sa ville natale de Qaraqosh, dans la Plaine de Ninive, suite aux attaques systématiques dont sont victimes les chrétiens de Mossoul depuis plusieurs années – est particulièrement affecté par cette nouvelle attaque. Il a lancé un appel à l’ONU suite à cette politique d’épuration ethnique qui vise les chrétiens de cette région. En mars dernier, le gouverneur de Ninive, une province située au nord de l’Irak, a demandé l’intervention des Nations Unies et de l’Union Européenne pour mettre un terme aux attaques contre les minorités, en particulier à Mossoul, capitale de la province disputée par les Arabes sunnites et les Kurdes.

Selon un rapport publié l’an dernier par l’organisation de défense des droits de l’homme «Human Rights Watch», les minorités chrétiennes, yézidis et shabaks dans la zone de Mossoul sont prises entre deux feux, Arabes et Kurdes se disputant le contrôle du territoire et des richesses de la province de Ninive. Fin 2008, une campagne d’assassinats systématique et de violences visant des objectifs chrétiens avait causé la mort d’une quarantaine de chrétiens, provoquant en quelques semaines la fuite de près de 15’000 chrétiens de la ville.

A l’Université de Mossoul, les extrémistes islamistes font régner la terreur

Les chrétiens de Mossoul se plaignent de ne pas être protégés par les forces de sécurité irakiennes. Ces derniers mois, les attaques visant les chrétiens restés à Mossoul ont fait des dizaines de victimes. A l’Université, des extrémistes islamiques tentent de forcer les chrétiens à se convertir à l’islam et les filles qui refusent de porter le voile sont menacées de mort, tout comme les étudiants et étudiantes vêtus «à l’occidentale».

Certaines sources, sous couvert de l’anonymat, parlent d’un plan concerté pour faire fuir les chrétiens d’une zone que se disputent fondamentalistes sunnites arabes et militants kurdes. La minorité chrétienne serait en fait une «victime collatérale» de cette lutte pour le pouvoir.

Les chrétiens en Irak sont actuellement moins d’un demi million. Avant l’invasion américaine de 2003, ils étaient plus de 1,2 million dans le pays et la vague de violences qui a touché la communauté à plusieurs reprises a contraint plus de la moitié des chrétiens du pays à chercher refuge à l’étranger. Actuellement, la majorité des chrétiens restant en Irak vivent au Kurdistan irakien. (apic/com/be)

5 mai 2010 | 10:26
par webmaster@kath.ch
Partagez!