Vatican

Congrès au Vatican sur l'intelligence artificielle

Avec la signature de l’Appel de Rome pour une éthique dans l’intelligence artificielle le 28 février 2020, l’Eglise catholique a l’ambition de ne pas laisser l’homme être assujetti à la technique mais au contraire d’humaniser la technique, a indiqué Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, lors d’une conférence de presse au Vatican le 25 février 2020.  

A de nombreuses reprises, le pape François a utilisé la formule de ‘changement d’époque’, a rappelé le prélat italien. Pour la première fois dans l’histoire, l’homme a le pouvoir de se détruire, a-t-il insisté évoquant trois explosions: atomique, écologique et enfin une explosion de l’intelligence.

Dans ce contexte, le pontife a chargé l’Académie pontificale pour la vie de développer une réflexion sur les nouvelles technologies, a indiqué Mgr Paglia, telles que les biotechnologies, les nanotechnologies ou encore la robotique. Après un congrès en 2017 sur la promotion de la vie humaine dans le champ technologique puis en 2019 sur la robo-éthique, le troisième se penchera sur le thème de l’éthique et de l’intelligence artificielle. Il faut une forte ambition morale pour humaniser la technique et non technologiser l’humain.

L’éthique doit contaminer l’informatique, a expliqué de son côté le Père Paolo Benanti, théologien et membre du tiers-ordre régulier franciscain. Il faut donc à la technologie une ‘algor-éthique’, c’est-à-dire un moyen de rendre calculable les bonnes et les mauvaises évaluations. Si l’on souhaite que la machine soutienne l’homme sans jamais le remplacer, les algorithmes doivent alors inclure des valeurs éthiques et pas seulement numériques, a-t-il noté. Pour que l’intelligence artificielle soit une révolution menant à un développement authentique, il est temps de penser à une éthique algorithmique.

Signature de ‘l’Appel de Rome pour une éthique dans l’IA’

L’événement certainement le plus attendu de ces trois jours sera la signature de ‘l’Appel de Rome pour une éthique dans l’intelligence artificielle’. Il ne s’agira pas d’un texte officiel émanant de l’Académie pontificale pour la vie, a précisé son président, mais d’un document d’engagement conjoint proposé par cette institution et offrant de manière synthétique des lignes de conduite pour élaborer une éthique de l’intelligence artificielle.

Trois points principaux marquent ce document, a détaillé Mgr Paglia: éthique, droit et éducation. Avec ce geste, l’Académie fait un pas avec ceux qui ont le désir sérieux de mieux comprendre la façon dont promouvoir le bien de l’humanité. L’intention de l’appel est de créer un mouvement qui se développe et implique ensuite des institutions publiques, des ONG ou encore des industries. De ce point de vue, la signature de cet appel n’est pas un point d’arrivée mais le début d’un engagement qui apparaît encore plus urgent et important que ce qui a été fait jusqu’à présent.

Plusieurs personnalités prendront la parole ce même jour. Dans l’ordre de passage : deux représentants de firmes multinationales, les Américains Brad Smith, président de Microsoft, et John Kelly III, ‘numéro deux’ d’IBM ; l’actuel président du Parlement européen, l’Italien David Sassoli ; le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Chinois Qu Dongyu. L’événement se conclura par une audience privée avec le pape François, à midi au Palais apostolique du Vatican. (cath.ch/imedia/pad/mp)

Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie | © Presidencia d'El Salvador flickr
25 février 2020 | 16:39
par I.MEDIA
Partagez!