Pascal Fessard (1976-2016) créateur et chroniqueur de cath.ch (photo DR)
Suisse
Pascal Fessard (1976-2016) créateur et chroniqueur de cath.ch (photo DR)

Décès de Pascal Fessard, créateur de cath.ch

31.10.2016 par Rédaction

Pascal Fessard, créateur du site internet cath.ch, est décédé paisiblement dans sa 40e année, le 30 octobre 2016, à l’hôpital de Sion, des suites d’un cancer. Son dynamisme professionnel, son sens des contacts, son bagage personnel ont permis au site de conquérir une belle notoriété. Sa joie de vivre et sa foi solide, même dans la maladie, resteront un exemple pour ses collègues et ses proches.

Valaisan habitant le canton de Genève jusqu’à l’été dernier, Pascal Fessard, né en 1976, était marié et père d’un enfant. Enseignant de métier, formé en philosophie, histoire et économie, avant de devenir journaliste, Pascal Fessard s’est rapidement passionné pour internet. Concepteur de plusieurs sites, il avait été embauché par l’association Catholink en octobre 2010. Il a dû interrompre son activité professionnelle en mars 2014 pour raison de maladie, mais était resté chroniqueur de cath.ch.

Pascal Fessard avait conçu et mis en place le site cath.ch inauguré en avril 2011 avec toutes ses composantes: infos, blogs, services et annuaire. “Il en était la cheville ouvrière, reconnaît Philippe Gardaz, ancien président de Catholink. Jusqu’à l’émergence de sa maladie, il faisait tout: webmaster, coordinateur, rédacteur”. Il voulait faire de cath.ch une véritable référence pour l’Eglise catholique en Suisse romande et en avait les compétences. “C’était un homme doté d’une grande culture générale et d’un intérêt pour les médias, ajoute-t-il. Une personne éminemment engagée qui voyait dans les médias électroniques un moyen d’évangélisation”. “Il avait été engagé pour faire d’un site existant, un portail dynamique”, se souvient Jean-François Journot, membre du comité de Catholink. Pour y parvenir, il établit une collaboration avec l’Agence de presse internationale catholique (APIC), invite des blogueurs, met en place un certain nombre de services et produit lui-même des contenus. Le nombre de visites ne tardera pas à décoller. En 2012, une année après son lancement, le portail comptabilisait pas loin de 160’000 visiteurs uniques.

Le choc de la maladie

L’annonce de sa maladie en 2014 avait provoqué un choc. Dynamique, bon vivant, plein d’humour, Pascal expliquera lui-même ce passage douloureux à l’état de malade, qui plus est incurable. Fort du soutien de ses proches, il entamera une lutte pied à pied contre le cancer alternant les périodes de rémission et de souffrance.

“Devenir malade, c’est débuter un chemin de guérison où la santé physique importe peu, écrivait-il en décembre 2015. Il y a d’abord la délivrance de nos projections terrestres immortelles, non sans violence, abandonner nos rêves de carrière, de loisirs, de retraite active, de paternité, c’est une table rase des ambitions, une mort par anticipation, avec tout ce qu’elle a de destructeur. On meurt dans notre identité (…). Et puis Dieu intervient, confiait-il. (…) Il prend le faible par la main en lui disant de vivre en paix car Il l’accompagne dans sa vie de tous les jours et au-delà”.

Il est décédé “après avoir longtemps lutté contre la maladie avec sérénité, philosophie et nous avoir donné des clés pour continuer”, selon la formule de son faire-part mortuaire.

La rédaction de cath.ch présente ses sincères condoléances à  sa famille et à ses proches. La célébration d’enterrement aura lieu le jeudi 3 novembre 2016 à 16h à Mase (VS). (cath.ch-apic/pp/mp)


La CEF n'hébergera plus les sites internet des diocèses (www. eglise.catholique.fr)

L'Eglise de France n'hébergera plus les sites des diocèses et des paroisses

Le calendrier en ligne de l'avent de l'ECVD a pour thème "Les messagers". (Photo: Pixabay)

Un calendrier virtuel pour vivre l'avent "autrement"

Actualités ›