Le métro du Caire transporte quotidiennement 5 millions de voyageurs (Photo:Melissa Wall/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-NC 2.0</a>)
International
Le métro du Caire transporte quotidiennement 5 millions de voyageurs (Photo:Melissa Wall/Flickr/CC BY-NC 2.0)

Egypte: des "kiosques à fatwas" contre l’extrémisme religieux

29.07.2017 par Ibrahima Cissé, correspondant de cath.ch en Afrique

L’Institut islamique d’Al-Azhar a installé des “kiosques à fatwas” dans le métro du Caire. Ces guichets sont destinés à fournir des informations fiables sur l’islam, afin de contrer l’extrémisme religieux.

Le Centre de recherches islamiques de la Grande mosquée d’Al-Azhar, l’une des plus hautes autorités de l’islam sunnite, s’est lancé depuis quelques années dans un “combat moral” contre le radicalisme. Après sa contre-offensive sur Youtube et les réseaux sociaux pour contrer les faux enseignements des djihadistes sur internet, en 2015, il a mis en place des “kiosques à fatwas” dans le métro du Caire, rapporte fin juillet 2017 Radio France international (RFI). Le métro de la capitale égyptienne transporte chaque jour près de cinq millions de voyageurs.

Ces kiosques de trois mètres sur deux sont fabriqués en verre et en aluminium. Sur le modèle d’une billetterie, ils contiennent un bureau, tenu par deux cheikhs. En face d’eux, un siège est réservé aux voyageurs urbains qui souhaitent une consultation en matière de jurisprudence islamique.

Railleries sur internet

Les internautes ont tendance à railler cette nouvelle initiative de l’Institut Al-Azhar. Beaucoup estiment que ces kiosques ne font qu’ajouter à la nuée de vendeurs ambulants qui harcèlent déjà quotidiennement les usagers du métro. Même si, contrairement aux marchands ambulants, les “vendeurs de fatwas” se sont installés avec l’assentiment des autorités.

Certains internautes critiquent également l’inutilité et l’aspect ridicule de la démarche. Un internaute a ainsi proposé de prolonger le kiosque à fatwas pour les musulmans par un confessionnal pour les chrétiens coptes, qui représentent 10% de la population.

Les autorités religieuses de l’institut islamique ont accusé les internautes de mauvaise foi. Elles ont soutenu l’importance de ces kiosques qui font partie du “renouvellement du discours religieux” en Egypte. (cath.ch/ibc/rfi/rz)


La burqa de plus en plus présente dans les rues d'Egypte (Photo: Jacques Berset)

Les médias égyptiens critiques dans le collimateur des députés

Alexandrie La synagogue d’Eliahou Hanabi est sur la liste du patrimoine égyptien depuis 1987 (Capture d'écran)

L'Egypte se décide à préserver le patrimoine juif égyptien à l'abandon

Actualités ›