Fribourg: Le Prix médias 2014 des jeunes journalistes décerné à Mathieu Aeschmann

Embellie des finances de l’Association suisse des journalistes catholiques

Fribourg, 8 mars 2014 (Apic) L’Association suisse des journalistes catholiques (ASJC) a décerné le 8 mars, à Fribourg, son Prix médias 2014 pour jeunes journalistes à Mathieu Aeschmann, journaliste sportif au quotidien romand « Le Matin », pour la Suisse francophone. Pour la partie alémanique, c’est Mireille Rotzetter, du quotidien « Freiburger Nachrichten » qui a été récompensée. L’Assemblée générale de l’ASJC a également salué une nette embellie de ses finances.

Mathieu Aeschmann a été primé pour son reportage « Chez nos ambassadeurs à deux têtes », paru dans « Le Matin dimanche » du 1er octobre 2013. L’article est le fruit d’un voyage de trois jours au Kosovo, à la rencontre des familles des footballeurs Xherdan Shaqiri, Granit Xhaka et Valon Behrami, trois piliers de l’équipe nationale suisse.

« Ce texte tente de cerner l’identité de ces vedettes suisses en interrogeant des membres de leurs familles et des amis restés au pays », a souligné Geneviève de Simone, membre du comité de l’ASJC, qui présidait la séance, en l’absence du président, Maurice Page. « Les témoignages font émerger une double appartenance qui souligne les apports respectifs de la Suisse et du Kosovo, voire ›un parfait mélange’ », a-t-elle poursuivi, relevant que le reportage « dépasse le cadre sportif pour dire l’humain ».

Pour la partie germanophone, Mireille Rotzetter a été récompensée pour sa série de portraits de pensionnaires du centre d’accueil de jour « Banc Public », à Fribourg. Les prix étaient dotés pour chacun d’un diplôme et d’une somme de 1’000 francs.

Apport de fondations bienvenu

La vingtaine de professionnels des médias réunis à la Cité St-Justin, à Fribourg, ont pris connaissance avec satisfaction de l’embellie des finances de l’ASJC. L’augmentation des fonds propres de 3’625 à 14’603 francs permet d’envisager sereinement les prochaines années, a annoncé Melchior Etlin, le trésorier de l’association. Le regain de vitalité des finances est principalement dû à la générosité de deux fondations, « Stiftung Felsengrund » et « Isabell und Dr. Friedrich Vogel-Stiftung ».

L’assemblée a en outre décerné le titre de membre d’honneur à Raphaël Pasquier, l’un des plus anciens collaborateurs du Centre catholique de radio télévision (CCRT), aujourd’hui à la retraite.

Développer l’éthique dans les institutions

En fin de réunion, Thierry Collaud, directeur de l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme de l’Université de Fribourg (IIEDH), est venu présenter ses vues sur la nécessité de la réflexion éthique dans l’université et dans la cité. Le professeur a plaidé pour que les questions fondamentales liées à la recherche du bien soient prises en considération dans tous les domaines d’études de l’Université. Il a exposé l’actuelle démarche de l’IIEDH d’intensifier l’interface entre l’éthique et l’institution universitaire, mais aussi avec les autorités civiles qui la financent.

Posant en général la question du rôle et de l’utilité de l’éthique, il a insisté sur la définition de cette dernière, exprimée par Paul Ricoeur. Selon le philosophe français, l’éthique est « la visée (recherche) de la vie bonne avec et pour autrui dans des institutions justes. » En rapport à cette définition, il a mis en avant la nécessité de développer l’éthique dans les institutions, qui constituent les structures et les cadres de référence des actions humaines. « C’est quand on arrête de se poser la question du bien, qu’on est capable du plus grand mal », a conclu l’éthicien. (apic/rz)

8 mars 2014 | 22:16
par webmaster@kath.ch
Partagez!