La basilique Sainte-Sophie, à Istanbul, abrite actuellement un musée (Photo: David Spender/Flickr/CC BY 2.0)
International
La basilique Sainte-Sophie, à Istanbul, abrite actuellement un musée (Photo: David Spender/Flickr/CC BY 2.0)

Erdogan veut toujours transformer en mosquée l’ex-basilique Sainte-Sophie  

26.03.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Recep Tayyip Erdogan aimerait depuis longtemps que Sainte-Sophie, à Istanbul – actuellement un musée – redevienne une mosquée. En campagne pour les élections locales du 31 mars 2019, le président turc a une nouvelle fois évoqué cette éventualité le 24 mars.

L’édifice, construit par l’empereur Justinien en 532, était autrefois le siège de la chrétienté orientale et a été inscrit par l’UNESCO sur la liste du  patrimoine mondial.

Bijou d’architecture chrétienne byzantine, Hagia Sophia est restée une basilique chrétienne jusqu’en 1453, date à laquelle les Ottomans ont conquis la ville de Constantinople et ont utilisée Sainte-Sophie comme mosquée. Le premier président de la nouvelle Turquie, Mustafa Kemal Atatürk, dans sa volonté de moderniser le pays, a transformée la mosquée en musée en 1934, neuf ans après avoir fondé la République de Turquie, qui se proclamait laïque.

Vive réaction grecque

Les Ottomans avaient couvert une grande partie de l’iconographie chrétienne de calligraphie islamique et utilisaient  Sainte-Sophie comme lieu de culte musulman jusqu’à cette date.

“Sainte-Sophie n’est pas seulement un grand temple de la chrétienté – le plus grand pendant des siècles – mais ce monument appartient aussi à l’humanité. Sainte-Sophie a été reconnue par l’UNESCO comme faisant partie de notre patrimoine culturel mondial”, a déclaré le ministre grec des Affaires étrangères George Katrougalos, cité par Associated Press aussitôt après la déclaration du président islamo-conservateur.

Une insulte à la communauté internationale

“Toute remise en question de ce statut n’est donc pas seulement une insulte aux sentiments des chrétiens, c’est une insulte à la communauté internationale et au droit international!”, a lancé le ministre grec.

La Cour Suprême de Turquie avait rejeté, le 13 septembre 2018, une requête de l’Union turque des monuments historiques. La demande visait à transformer la basilique en une “maison de prière” pour les croyants musulmans. La décision survient après presque 15 ans d’interpellations réitérées.

Tentatives incessantes de récupération par les islamistes

La première demande visant à ouvrir l’ancienne basilique byzantine de Sainte-Sophie aux rassemblements de prière musulmans remonte à 2004. La requête lancée alors au gouvernement par l’Union turque des monuments historiques n’avait pas reçu de réponse. L’année suivante, cette même Union a vue rejeté son recours par le Conseil d’Etat turc.

Depuis l’arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la justice et du développement AKP, qui montre des tendances de plus en plus  islamistes et nationalistes conservatrices, les défenseurs de la laïcité s’inquiètent d’une possible reconversion de Sainte-Sophie en mosquée. En 2016, l’ancienne basilique byzantine avait été utilisée à nouveau comme mosquée par les musulmans pour la durée du mois de ramadan. (cath.ch/be)


Illustration de la future église syriaque dédiée à Vierge Marie à Istanbul | © www.dailysabah.com

Construction de la première église chrétienne en territoire turc depuis 1923

Le président Porochenko a participé à Istanbul à la reconnaissance par le Patriarcat oecuménique d'une Eglise indépendante ukrainienne | © Mykhailo Markiv www.president.gov.ua

La création d'une Eglise ukrainienne autonome célébrée à Istanbul

Actualités ›