6 missionnaires catholiques espagnols assassinés de 94 à 2000

Espagne: La justice espagnole ouvre une investigation contre le FPR au pouvoir au Rwanda

Madrid, 10 avril 2005 (Apic) La justice espagnole a ouvert des investigations contre le FPR au pouvoir à Kigali concernant la mort de 6 missionnaires catholiques espagnols et de trois autres humanitaires de ce pays assassinés au Rwanda de 1994 à l’an 2000.

Le premier sur la liste est le Père Joachim Vallmajo, un confrère bien connu des Missionnaires d’Afrique (»Pères Bancs») basés à l’Africanum de Fribourg. Selon le communiqué des Missionnaires d’Afrique, la justice espagnole a décidé d’enquêter sur la mort de neuf Espagnols assassinés au Rwanda entre 1994 et 2000, à la suite d’une plainte du Forum international pour la vérité et la justice dans l’Afrique des Grands Lacs.

Prêtres et humanitaires visés

Selon des informations de source judiciaire datant de samedi 9 avril, un juge de l’Audience nationale de Madrid, la principale juridiction pénale espagnole, a jugé recevable vendredi une plainte pour génocide de ce Forum appuyé par certains opposants rwandais en exil. Le magistrat a décidé dans un premier temps de limiter ses investigations aux circonstances entourant les assassinats des neufs Espagnols.

Il s’agit de six missionnaires catholiques, Joaquim Vallmajo (avril 1994), Servando Mayor, Julio Rodriguez, Miguel Angel Isla, Fernando de la Fuente (octobre 1996), Isidro Uzcudun (juin 2000). A cette liste s’ajoutent les noms d’une infirmière, Flors Sirera, d’un médecin, Manuel Madrazo, et d’un logisticien, Luis Valtuena, membres de Médecins du Monde abattus en janvier 1997 par un «escadron de la mort» accusé de relever des autorités de Kigali.

Le FPR dans le collimateur

La plainte du Forum vise 69 responsables du Front Patriotique Rwandais (FPR, ex-rébellion tutsie) et de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR), au pouvoir à Kigali depuis 1994. Le Forum s’en prend plus particulièrement au FPR qu’il accuse d’être à l’origine de «l’existence d’un plan organisé d’élimination systématique» des Hutus depuis 1990.

Le Forum tient l’actuel pouvoir tutsi rwandais pour principal responsable de l’embrasement de la région des Grands Lacs qui a causé, selon lui, plusieurs millions de morts entre 1990 et 2003, notamment au Rwanda et en République Démocratique du Congo (RDC). Il compte entre autres dans ses rangs le Prix Nobel de la Paix 1980, l’Argentin Adolfo Perez Esquivel, et l’Afro-américaine Cynthia McKinney, membre du Congrès des Etats-Unis. (apic/com/maf/be)

10 avril 2005 | 00:00
par webmaster@kath.ch
Partagez!