Mgr James Kendrick Williams est accusé d’abus sexuels

Etats-Unis: Le pape Jean Paul II a accepté la démission de l’évêque de Lexington

Rome, 11 juin 2002 (APIC) Un nouvel évêque américain, le troisième depuis le début de la crise sur les abus sexuels aux Etats-Unis, a choisi de démissionner après avoir été accusé d’abus sexuels sur mineurs. Le pape Jean Paul Il a en effet accepté mardi 11 juin la démission de Mgr James Kendrick Williams, évêque de Lexington, dans le Kentucky.

Mgr James Kendrick Williams, âgé de 65 ans, avait été cité dans une douzaine d’accusations menée contre des prêtres de la région. Mgr Williams avait affirmé, il y a quelques semaines, ne pas vouloir commenter l’affaire tant qu’il n’avait pas lu la plainte. Le 23 mai dernier, l’évêque avait rejeté catégoriquement les accusations d’abus sexuel lancées par un ancien servant de messe, qui a porté plainte. Les faits – qu’a niés l’évêque – se seraient passés en 1981 quand Mgr Kendrick Williams était prêtre à Louisville. Le servant de messe James Bennet avait alors 12 ans.

L’évêque rejette les accusations

«Ces allégations sont fausses», a-t-il déclaré le mois dernier. «Je suis abasourdi et attristé par ces accusations, je ne me souviens pas de ce jeune homme et je n’ai jamais commis de brutalité contre quiconque durant toute ma vie.» A Lexington, le diocèse a d’emblée précisé qu’en accord avec la politique décidée par l’évêché concernant les allégations d’abus sexuels commis par des membres du clergé, «Mgr Williams s’abstiendra de tout ministère pastoral pendant que l’enquête est en cours.» Le vicaire général du diocèse, le Père Robert J. Nieberding, est entre-temps chargé d’administrer le diocèse de Lexington. La plainte contre Mgr Williams est l’une des 87 autres déposées depuis la mi-avril contre l’archidiocèse de Louisville et plusieurs de ses prêtres. Deux prêtres ont déjà quitté leur poste en raison d’accusations portées contre eux.

C’est à Dallas, les 13 et 14 juin prochain que les évêques de la Conférence épiscopale américaine se retrouvent pour leur réunion annuelle plénière. Ils consacreront leurs travaux à la mise en place d’une politique nationale sur la question des abus sexuels de prêtres sur des mineurs. A cette occasion, les participants rédigeront une «charte pour la protection des enfants et des jeunes». Elle devra ensuite être approuvée par le Saint- Siège. (apic/imedia/kna/be)

11 juin 2002 | 00:00
par webmaster@kath.ch
Partagez!