Pour pallier le manque de vocations, dit l’archevêque de Dijon

France: Mgr Roland Minnerath pose la question de l’ordination d’hommes mariés

Dijon, 28 décembre 2005 (Apic) Face à la chute vertigineuse du nombre de prêtres en France, l’archevêque de Dijon pose ouvertement la question de l’ordination d’hommes mariés. Mgr Roland Minnerath, après d’autres, évoque ainsi une solution visant à pallier le manque de vocations.

Selon le Figaro, quotidien français, entre 1966 et 2004, le nombre de nouveaux prêtres est passé de 566 à 90, ce qui laisse présager des communautés sans guide. Dans un livre d’entretien paru le mois dernier, Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, rappelle que le célibat est «une question de discipline». Mais, dit-il, «0s’il s’avère un jour que cette tradition risque de priver de prêtres des communautés au point de les amener à disparaître, pourquoi ne pas la faire évoluer?».

En évoquant cette question dès 2004, les vagues provoquées s’étaient calmées étant donné la stature du nouvel évêque, écrit Sophie de Ravinel, journaliste au Figaro. Elle rappelle que Mgr Minnerath est membre de la Commission de théologie internationale, qu’il est une figure à part au sein de l’épiscopat français. Passé par l’Ecole des nonces – qui forme les futurs ambassadeurs du Saint-Siège -, ce docteur en théologie, et en science de gestion, a été envoyé au Brésil puis en Allemagne avant d’être rappelé auprès du cardinal secrétaire d’Etat Agostino Casaroli. En 1989, il est nommé à la faculté de théologie de Strasbourg, où il enseignera durant quinze années, jusqu’à sa consécration épiscopale à l’âge de 58 ans.

Lors du dernier synode des évêques, au mois d’octobre, Benoît XVI l’a nommé «secrétaire spécial», à charge pour lui de présenter au Pape les propositions des évêques. Ces derniers se sont exprimés sur la situation critique du clergé, en particulier en Europe, et sur l’éventualité d’ordonner des hommes mariés. Mgr Minnerath s’est impliqué en ce sens. Les évêques ont cependant choisi de ne pas emprunter cette voie, pour le moment. Lors de la cérémonie de clôture, Benoît XVI a qualifié le célibat des prêtres de «don précieux», «signe de l’amour sans partage envers Dieu et envers le prochain».

Une question de temps?

Mgr Minnerath n’exclut toutefois pas que la situation puisse évoluer. D’autres évêques se sont déjà exprimés sur cette question. En juin 2002, l’archevêque de Strasbourg, Mgr Joseph Doré, déclarait: «Il ne serait pas responsable de censurer systématiquement ce genre de questions et de se contenter de s’en remettre aux mains de la Providence», avait-il dit pour justifier une position favorable au fait de «proposer l’ordination à des gens mariés». (apic/fig/sdr/pr)

28 décembre 2005 | 00:00
par webmaster@kath.ch
Partagez!