L'AGORA participe à la Fête des voisins | © Agora
Suisse
L'AGORA participe à la Fête des voisins | © Agora

Genève: l’AGORA fête ses 30 ans

04.09.2018 par Maurice Page

L’Aumônerie Genevoise Œcuménique auprès des Requérants d’Asile et des réfugiés, plus connue sous son acronyme d’AGORA, fête 30 ans d’engagement. Elle marque cet anniversaire par une série de manifestations publiques du 10 au 16 septembre 2018 conclue, par une célébration œcuménique radiodiffusée sur Espace 2.

Voilà trois décennies que l’AGORA a été fondée par les trois Eglises chrétiennes historiques de Genève pour accueillir et accompagner les requérants d’asile et les réfugiés. Une semaine de conférences et de rencontres marquera l’événement. Parmi les intervenants, l’évêque de Bâle, Mgr Félix Gmür, la docteure en droit Anne-Cécile Leyvraz, la directrice d’Amnesty Suisse, Manon Schick, ou encore la professeure de théologie, Élisabeth Parmentier.

La semaine s’achèvera avec une journée festive le dimanche 16 septembre au Centre paroissial œcuménique de Meyrin. Au programme, une célébration œcuménique, un spectacle de marionnettes des Théopopettes et un apéritif dînatoire. A l’heure habituelle de la messe et du culte radiodiffusés (Espace 2 de 9h06 à 11h00), les auditeurs de la Radio Suisse romande pourront s’associer à cette matinée.

Faire la fête pour partager l’espérance

En 1988, une poignée de croyants de divers horizons, touchés par la condition des réfugiés, ont fondé l’AGORA, note, Etienne Sommer, président du Conseil. Trente ans ont passé, l’accueil des migrants s’est organisé, un peu amélioré. Paradoxalement l’indifférence, le rejet ont gagné du terrain. Des milliers de réfugiés risquent la mort en Méditerranée et, à Genève, des centaines de personnes attendent avec angoisse une réponse à leur demande d’asile. Est-il opportun, dans ces

conditions, de faire la fête, s’interroge le président d’AGORA.

“Nos pensées se porteront d’abord vers ces femmes et ces hommes dont l’existence navigue entre le pays qu’ils ont perdu et celui qu’ils n’ont pas encore trouvé. Mais il y aura aussi les rires qui fusent au temps des retrouvailles, la joie d’être ensemble et l’espérance partagée, toujours et encore ressuscitée. Il faut se souvenir, pour mieux inventer l’humanité de demain!” (cath.ch/com/mp)

Toutes les informations et le programme


Frère Enzo Bianchi (à dr.) a passé le témoin à Frère Luciano Manicardi (Photo:Monastero di Bose)

Message du pape François pour les 50 ans de la communauté de Bose

Les représentants des religions ont signé l'appel pour les réfugiés le 7 novembre 2018 à Berne. | © B. Hallet

Juifs, chrétiens et musulmans suisses s’engagent pour les réfugiés

Actualités ›