International

Incendies au Brésil: le gouvernement redoute les critiques des évêques

Alors que les incendies continuent de ravager la forêt brésilienne, le président Jair Bolsonaro serait préoccupé par les débats qui auront lieu du 6 au 27 octobre 2019 au Vatican, dans le cadre du Synode des évêques pour l’Amazonie.

Comme le rapporte le quotidien O Estado de S. Paulo du 27 août, le Planalto, le Palais présidentiel brésilien se méfie grandement du Synode pour l’Amazonie. Le journal assure que la semaine dernière, Henrique da Silveira Pinto, le nouvel ambassadeur du Brésil au Vatican, a reçu des instructions pour aller s’entretenir avec les représentants du Saint-Siège. Il aurait présenté les préoccupations du gouvernement brésilien concernant de possibles critiques envers le pays lors de la réunion des évêques en octobre, à Rome.

Le «Pape François» vogue et agace

Dans une interview à O Estado de S. Paulo, le ministre-chef du Cabinet de sécurité institutionnelle (GSI), le général Augusto Heleno, a souligné que plusieurs rencontres avaient eu lieu avec des représentants de l’Église. Il n’a pas caché le souhait du Palais présidentiel que le Synode limite ses débats aux questions religieuses.

La crainte du gouvernement avait déjà augmenté avec le périple sur le fleuve Amazone, lancé en juillet 2019, du bateau-hôpital du diocèse d’Obidos. Une initiative financée par des entités religieuses de Sao Paulo, la capitale économique du pays. Baptisée «Pape François», l’embarcation propose de nombreuses consultations à des populations dans le besoin de la région de Basse-Amazonie, dans l’État du Para. Le gouvernement affirme pour sa part qu’il assure régulièrement des consultations humanitaires aux populations vivant sur les berges du fleuve, avec pas moins de cinq bateaux, et ce dans divers bras du fleuve.

«Propagande de l’Église catholique»

La présence du bateau-hôpital «Pape François» et les consultations qu’il propose sont perçues, en ce moment, par les autorités brésiliennes comme une forme de propagande de l’Église destinée à montrer qu’elle vient en aide à des populations abandonnées. Or, bien qu’il reconnaisse les difficultés et les manques d’assistance médicale dans la région, le gouvernement a l’intention de réagir si la présence du bateau «laisse à penser qu’il n’y a pas d’assistance de la part de l’État en Amazonie».

Évoquant l›aide apportée aux riverains du fleuve Amazone, Mgr Bernardo Bahlmann, président de la Région Nord 2 de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), a expliqué que cette initiative était partie d’un appel du pape François pour une plus grande attention à la région. L’idée d’un bateau-hôpital est venue, selon lui, «(…) de l’abandon de notre peuple dans cette région de l’Amazonie et, surtout, la fragilité de la Santé».

Fébrilité à Brasilia

Les observateurs de la politique brésilienne assurent que la préoccupation du président Bolsonaro s’est intensifiée avec la perspective du document qui sera produit par le Synode, alors que se multiplient de toutes parts les critiques face à l’augmentation des incendies, le retard de l’action pour les combattre et l’extension de la déforestation.

Henrique da Silveira Pinto a d’ores et déjà signalé des «problèmes concernant les documents préparatoires au Synode«. Selon lui, les textes contiennent des «idées et concepts» inquiétants pour le gouvernement brésilien. L’ambassadeur espère d’ailleurs que le document final, «conformément à la tradition du Vatican», ne citera nominativement ni gouvernements, ni politiques publiques. (cath.ch/jcg/rz)

Les feux continuent de ravager l'Amazonie | © NASA
28 août 2019 | 11:38
par Raphaël Zbinden
Partagez!