Les vaches sont des animaux sacrés dans l'hindouisme (Photo:www.david baxendale.com/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-ND 2.0</a>)
International
Les vaches sont des animaux sacrés dans l'hindouisme (Photo:www.david baxendale.com/Flickr/CC BY-ND 2.0)

Inde: A nouveau un musulman lynché au nom de la "vache sacrée"

13.07.2017 par Jacques Berset, cath.ch

Alors que la vache est considérée comme un “animal sacré” dans la religion hindoue, les extrémistes hindous en profitent pour s’attaquer aux minorités religieuses, accusées d’en consommer la viande.

Les “protecteurs de la vache” ont une nouvelle fois lynché un musulman le 12 juillet 2017 dans la zone de Bharsingi, à Nagpur, dans l’Etat indien du Maharashtra, sous prétexte qu’il aurait transporté des bovins.

Ismail Shah, un musulman de 40 ans, a été agressé par une foule fanatisée de “gau rakshaks”, les autoproclamés “protecteurs de la vache”. Il s’agit du dernier épisode d’agressions sanglantes de fondamentalistes hindous contre des Indiens appartenant à des minorités.

Dangereux “protecteurs de la vache”

Les milices des “protecteurs de la vache” ont multiplié les attaques sauvages, en particulier contre les musulmans accusés de manger de la viande de bœuf, depuis l’élection, en mai 2014, du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) et la nomination de Narendra Modi comme Premier ministre de l’Inde.

Depuis cette date, la législation indienne protégeant la vache s’est renforcée et des attaques violentes se sont multipliées contre des fermiers ou des bouchers musulmans soupçonnés d’enfreindre ces interdits ou d’avoir consommé du bœuf.

Narendra Modri sort de son silence

Les responsables des minorités religieuses et les partisans de la laïcité en Inde ont reproché au Premier ministre son long silence face aux agressions qui ont déjà, depuis 2015, coûté la vie à près d’une vingtaine de musulmans. Des boucheries musulmanes ont également été incendiées.

Narendra Modri est finalement intervenu à la fin juin,  dans un discours prononcé à Ahmedabad, dans l’Etat indien du Gujarat (ouest  du pays), dans lequel il a affirmé que “tuer des gens au nom du culte de la vache n’est pas acceptable”.

Intervention de la Cour suprême de l’Inde

Le lynchage d’Ismail Shah le 12 juillet intervient au lendemain de la décision de la Cour suprême de l’Inde de suspendre l’interdiction de vente de bétail pour l’abattage dans le pays, promulguée par le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi. Le pouvoir fédéral à  New Delhi a en effet décrété en mai dernier une interdiction de vendre du bétail (vaches, buffles, bœufs, chameaux…) pour l’abattage.

Dans leur décision du 11 juillet 2017, les juges ont certainement tenu compte des nombreuses manifestations populaires contestant cette nouvelle restriction imposée par les militants du BJP, parti qui prône une prohibition totale de l’abattage des vaches.

L’Inde, premier exportateur au monde de viande bovine

Pour Zafarul Islam Khan, président de l’organisation musulmane All India Muslim Majlis-e Mushawarat (AIMMM), la persécution des musulmans au nom de la protection des vaches relève d’un “programme politique” des nationalistes hindous.

Les milices musclées des “défenseurs de la vache”, qui opèrent sous différents noms et se développent, sont souvent proches des organisations radicales du Sangh Parivar, la grande famille du nationalisme hindou dont le BJP représente l’aile politique et le visage “modéré”. Leur objectif est clair: la défense de l’hindutva, l’idéologie des nationalistes hindous qui prône le rayonnement d’une nation indienne fondée sur la culture hindoue, souligne Eglises d’Asie (EdA), l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris.

Le mythe dévoilé

Au nom de la religion, cette insistance sur le caractère sacré de la vache détourne pourtant des réalités historiques et économiques. De grands historiens indiens ont brisé le mythe, en démontrant que les hindous consommaient du bœuf dans l’Inde ancienne. Les courants de l’hindutva prétendent que la pratique serait arrivée bien plus tard, avec les conquérants musulmans, rappelle EdA. Enfin, l’abattage bovin est également une source importante de revenus en Inde. Les détracteurs des nationalistes hindous rappellent ainsi que l’Inde est le premier exportateur au monde de viande bovine.

Les nationalistes hindous tentent néanmoins d’intégrer la protection des vaches au quotidien d’un pays qui abrite différentes minorités religieuses. L’Etat du Rajasthan, dirigé par le BJP, a installé un “ministère de la vache”.

Un “ministère de la vache”

Certains leaders ont même demandé que la vache devienne l’animal national. Et les “gaushala”, les refuges pour vaches sacrées, prennent désormais l’allure de temples pour les extrémistes hindous.

Les 21 Etats sur les 29 de l’Union indienne qui interdisent l’abattage des vaches ont récemment durci leurs règles et leurs sanctions en la matière. Au Gujarat, région natale de Narendra Modi, qui en fut aussi le dirigeant avant de prendre la tête du pouvoir central à New Delhi, une peine de prison à vie peut désormais sanctionner l’abattage de l’animal sacré. “La vache n’est pas un animal, a déclaré Pradipsinh Jadeja, ministre de la justice du Gujarat. C’est le symbole de la vie universelle!” (cath.ch/asianews/eda/be)


Un mariage en Inde (Flickr The Falcon CC BY-NC-ND 2.0)

Inde: la Cour suprême veut punir le viol entre époux

Victime de l'idéologie de l'Hindutva, une communauté de dalits dans l'Etat du Bihar, en Inde (Photo: video volunteer youtube)

Inde: Augmentation des crimes envers les dalits, justifiés par l'hindouisme

Actualités ›