International

Irlande: des journaux répandent de faux scandales sur l'Eglise

Trois journaux irlandais se sont excusés et ont versé des compensations, fin juin 2019, à un ancien séminariste après avoir admis la diffusion de fausses informations à son égard. Les médias avaient prétendu qu’il avait été exclu de sa formation après avoir été trouvé au lit avec un autre séminariste.

L’histoire de référence a été colportée en premier par The Irish Times en mai 2018, rapporte le 3 juillet le site d’information catholique américain Crux. L’article était titré: «Deux apprentis prêtres renvoyés en Irlande après avoir été trouvés au lit ensemble». Des papiers similaires, basés sur l’article original, sont parus dans deux autres journaux irlandais le lendemain.

Or, dans une publication d’excuse transmise le 29 juin 2019, The Irish Times a admis que «ces allégations n’étaient absolument pas vraies et ne reposaient sur aucun fait réel». La note spécifiait que «l’article n’aurait pas dû être publié». Les autres médias incriminés ont reproduit la lettre d’excuses.

Bien que le journal ne mentionnait pas les noms des séminaristes en question, la note d’excuse précisait que l’article se référait à un certain Conor Gannon, qui étudiait alors au Collège pontifical irlandais à Rome. Les avocats de l’étudiant ont fait valoir qu’au vu du petit nombre d’étudiants dans cet établissement à l’époque (une dizaine), leur client était facilement identifiable.

Objectivité des médias en question

En mai 2018, une enquête réalisée par The Irish Catholic Newspaper avait rapidement démontré que les allégations ne reposaient sur rien de concret. Les journaux incriminés ont continué malgré cela à défendre leur histoire de référence pendant quelques mois, avant de l’enlever de leur site web.

Ce cas «soulève de graves questions sur le traitement par les médias irlandais des sujets relatifs à l’Eglise catholique», souligne David Quinn, directeur de l’Iona Institute, une organisation non lucrative qui promeut la liberté religieuse en Irlande. Pour ce dernier «cela confirme le soupçon de nombreux catholiques que, lorsqu’il s’agit de l’Eglise, des prêtres, des religieux ou des séminaristes, tout est permis». L’activiste a jugé que si les journaux voulaient être pris au sérieux, ils devraient appliquer des critères de comportement plus stricts. Et tout d’abord clairement expliquer comment des informations complètement fausses ont pu être publiées. (cath.ch/crux/rz)

Des étudiants du Collège irlandais de Rome ont été victimes de fausses allégations | © Peter Clarke/Wikimedia/CC BY-SA 3.0
4 juillet 2019 | 15:32
par Raphaël Zbinden
Irlande (73), Médias (90)
Partagez!