La mission est “passion” pour le Christ et pour les gens, explique le pape

15.11.2018 par I.MEDIA

Pour évangéliser, il faut “développer le goût d’être toujours proche de la vie des gens”, a assuré le pape François le 15 novembre 2018. Il recevait en audience au Palais apostolique les prêtres du Collège latino-américain de Rome.

Comme le successeur de Pierre l’a rappelé en début de son allocution, le Collège latino-américain ne se réfère pas à “une nation ou un charisme”, mais veut plutôt être un “lieu de rencontre” pour des prêtres de la vaste zone géographique que représente l’Amérique latine. Le but de ce collège à Rome est donc de créer des liens et des alliances d’amitié et de fraternité, s’est réjoui le pontife.

Ne jamais s’isoler des gens

Ces liens, a-t-il poursuivi, permettent aux prêtres de ressentir un sentiment d’appartenance. Pour le pape François, celui-ci est nécessaire pour “stimuler avec créativité des énergies missionnaires renouvelées” pour un “humanisme évangélique” capable de convertir l’Amérique latine. Sans ce sentiment d’appartenance, les prêtres courent le risque de proposer un “Christ sans Eglise, une Eglise sans peuple”.

En effet, a-t-il soutenu, l’évangélisation ne peut naître que d’une “passion” tant pour le Christ que pour le peuple. Il est donc nécessaire aux prêtres de “développer le goût d’être toujours proche de la vie des gens”. “Nous ne devons jamais nous isoler d’eux“, a insisté l’évêque de Rome. Et en particulier des pécheurs qui sont “abattus et éreintés comme des brebis sans pasteur”.

Dans cette mission, a assuré le pape, les prêtres peuvent s’appuyer sur une “longue chaîne de témoins”. Pour les prêtres d’Amérique latine, une figure de référence peut ainsi être saint Oscar Romero, canonisé le 14 octobre dernier. En effet, l’archevêque salvadorien était selon le pape “un homme enraciné dans la Parole de Dieu et dans le cœur de son peuple”. (cath.ch/imedia/xln/rz)


Mgr Oscar Romero était proche de la théologie de la libération | © Jacques Berset

Saint Oscar Romero, bientôt 'docteur de l'Eglise'?

Johannes Hartl est l'initiateur de "Mission Manifest" | © Yannick Wenger

"Les personnes qui suivent Jésus sont moins manipulables"

Actualités ›