Giuseppe Gracia, porte-parole du diocèse de Coire (Photo: Barbara Ludwig)
Suisse
Giuseppe Gracia, porte-parole du diocèse de Coire (Photo: Barbara Ludwig)

"L'affaire Allaz" alimente les tensions autour de la succession de Mgr Huonder

25.02.2017 par Pierre Pistoletti

L’affaire Allaz prend, outre-Sarine, une tournure d’intrigue ecclésiale sur fond de succession de Mgr Huonder. Le porte-parole du diocèse de Coire, Giuseppe Gracia, a reconnu le 24 février avoir transmis à différents médias un email anonyme dénonçant l’ancien chef des capucins suisses, Mauro Jöhri, qui aurait “tout fait pour étouffer les agissements du Père Joël Allaz”. Or, Mauro Jöhri, actuel ministre général des capucins, pourrait devenir le nouvel administrateur du diocèse, au grand dam de Mgr Vitus Huonder.

“Il est évident que Jöhri était au courant de tout”. Le mail transmis la semaine dernière à différents médias accusait directement le chef des capucins, à Rome. Provincial des frères mineurs suisses à l’époque où le Père Allaz était poursuivi par la justice française, “il a tout fait pour étouffer cette histoire dont il avait une parfaite connaissance”, dénonce le courriel.

Giuseppe Gracia, dénonciateur anonyme

Les doutes au sujet de l’auteur convergeaient vers Giuseppe Gracia. La Luzerner Zeitung a levé le voile jeudi. Le lendemain, le porte-parole de Mgr Huonder reconnaissait avoir envoyé cet email. “A l’insu de Mgr Huonder et à titre personnel, j’ai envoyé ce mail à deux journalistes”. Sur les raisons de l’anonymat, Giuseppe Gracia explique: “Je ne voulais pas faire de l’affaire du pédophile Joël Allaz une affaire du diocèse de Coire”. Révélé au grand jour, l’auteur maintient ses accusations: “Je sais simplement que, comme provincial (1995-2001 et 2005-2006), il était responsable du Père Allaz et que, jusqu’ici, il ne s’est jamais exprimé”.

Mgr Huonder “craint comme la peste la nomination d’un administrateur”, explique le Frère Willi Anderau. L’actuel porte-parole des capucins suisses voit dans la manœuvre de Giuseppe Gracia un moyen de discréditer Mauro Jöhri. Il pourrait être le prochain administrateur du diocèse, après le départ de Mgr Vitus Huonder dans quelques semaines. “Mais non pas le candidat favori”, relativise Willi Anderau, qui explique que  Mauro Jöhri sera encore à la tête de l’Ordre au moment de la succession de Mgr Huonder.

Redécoupage du diocèse?

La situation de l’évêché de Coire est complexe et les prises de positions médiatiques au sujet de la succession de l’évêque, qui fêtera ses 75 ans le 21 avril prochain, sont nombreuses. Ce grand diocèse, qui comprend la ville de Zurich, a conservé un privilège qui remonte au Moyen Age. Aujourd’hui encore, ce sont les chanoines de la cité épiscopale qui élisent l’évêque, reconnu ensuite par Rome.

Dans une récente chronique, l’historien et jésuite Jean-Blaise Fellay soulignait le paradoxe de ce privilège cher aux courants progressistes du diocèse mais qui, dans le même temps, a conduit des évêques conservateurs à sa tête. “La désignation d’un administrateur pourrait permettre de ne pas trancher le problème avant d’avoir résolu la question d’un redécoupage du diocèse”, précisait-il. Il permettrait de “séparer le diocèse et de lui donner ainsi davantage de cohérence sociologique” sans pour autant “perdre les vieux privilèges médiévaux”.


Coire et l’administration d’un diocèse

Willi Anderau, porte-parole des capucins suisses (Photo: Andrea Krogmann)
Willi Anderau, porte-parole des capucins suisses (Photo: Andrea Krogmann)
Le Suisse Mauro Jöhri est ministre général de l'ordre des capucins  © 2013 Ruben Rossello
Le Suisse Mauro Jöhri est ministre général de l'ordre des capucins © 2013 Ruben Rossello

Daniel Pittet a pardonné au capucin qui le violait (photo Maurice Page)

Le capucin Joël Allaz, réduit à l'état laïc et exclu de l'Ordre des capucins

La commission d'experts fait suite à la parution du livre de Daniel Pittet, "Mon Père, je vous pardonne" (Photo: Grégory Roth)

Une commission d'experts est chargée de "faire la lumière" sur l'affaire Allaz

Actualités ›