Sénégal Mgr Benjamin Ndiaye, archevêque de Dakar (Photo:  seneglise.sn)
International
Sénégal Mgr Benjamin Ndiaye, archevêque de Dakar (Photo: seneglise.sn)

L’archevêque de Dakar s’inquiète d'un possible "recul démocratique" au Sénégal

23.03.2017 par Ibrahima Cissé, correspondant de cath.ch en Afrique

 

 

Venu présenter les condoléances de l’Eglise catholique sénégalaise à la communauté Tidjane, suite au décès de son khalife général, Mgr Benjamin Ndiaye a dit craindre un “recul démocratique” au Sénégal au vu de la situation politique actuelle.

L’archevêque de Dakar visitait le nouveau khalife Abdoul Aziz Sy Al Makhtoum, à la suite du décès, la semaine dernière, de son prédécesseur, Cheikh Ahmeth Tidiane Sy.

Mgr Ndiaye craint les développements actuels au plan politique. Mgr Ndiaye conduisait une délégation de l’Eglise catholique à Tivaoune, capitale mondiale de la confrérie des Tidjanes.

Cité par la presse sénégalaise, il a indiqué que “le plus important  est d’éviter les règlements de compte […] Il faut vraiment respecter les lois démocratiques pour qu’on puisse aller aux élections à la loyale, et laisser le peuple souverain décider de ceux qu’il veut investir”.

Le Sénégal vit dans une “pré-campagne électorale précoce”

Des élections législatives auront lieu au Sénégal le 30 juillet prochain pour renouveler le parlement qui passera de 150 à 165 députés. Dans cette perspective, le pays vit dans une “pré-campagne électorale précoce”, marquée par des attaques verbales entre adversaires politiques. Pour l’archevêque de Dakar, si la volonté démocratique est respectée, “nous nous serions alors donné les moyens de vivre en paix”.

Bel exemple de dialogue islamo-chrétien

Il a rappelé que le Sénégal offrait au reste du monde, un “bel exemple d’un dialogue islamo-chrétien bâti sur la fraternité et le respect de l’autre dans sa différence”. “Ce bel héritage légué par nos anciens, a-t-il poursuivi, nous souhaitons avec vous (les chefs musulmans) le préserver, le faire fructifier et le protéger  pour bâtir ensemble un Sénégal de justice et de paix”.

Dans sa réponse, Abdoul Aziz Sy Al Makhtoum a exalté les relations harmonieuses entre musulmans et chrétiens au Sénégal, indiquant que dans sa propre famille, ils ont des oncles catholiques. “Ce sont des hommes de l’Eglise qui font partie de notre conseil d’administration familial. Ils y prennent part, et donnent leur avis”, a-t-il remarqué.

Les enfants musulmans étudient dans le privé catholique

“Notre oncle, Joseph Turpin, nous représentait dans plusieurs réunions au Sénégal et en Europe”, a-t-il dit, tout en relevant qu’au Sénégal, “rien n’a été inventé  dans le cadre du dialogue islamo-chrétien, puisque la quasi-totalité des enfants musulmans étudient dans le privé catholique. J’envoyais moi-même mes enfants à l’école privée catholique, dès le primaire, par ce qu’il y a, dans ces écoles, une bonne éducation, une bonne surveillance et un très bon savoir-vivre”.

Selon Abdoul Aziz Sy Al Mkahtoum, jusqu’à sa mort, le défunt khalife général des Tidjanes avait toujours à ses côtés un chrétien catholique du nom de François, qui se chargeait de ses linges de corps et qui savait toujours ce qu’il voulait ou ne voulait pas. “C’était  (aussi) moi que la famille envoyait pour participer au Vatican, aux rencontres internationales sur le dialogue islamo-chrétien”. (cath.ch/ibc/be)


Le pèlerinage marial de Popenguine, au Sénégal, a rassemblé plus de 10'000 chrétiens et musulmans. | Capture-écran

Sénégal: le pèlerinage de Popenguine unit les confessions

Action de Carême est engagée auprès des groupes de solidarité au Sénégal | © AdC Ousmane Kobar

Les programmes d'Action de Carême profitent aux plus pauvres  

Actualités ›