FIFF, le Festival international du film de Fribourg (Photo: Pierre Pistoletti)
Suisse
FIFF, le Festival international du film de Fribourg (Photo: Pierre Pistoletti)

Le 32e Festival international du film de Fribourg tire un bilan positif

25.03.2018 par Maurice Page

Le 32e Festival international de films de Fribourg FIFF s’est achevé le 25 mars 2018 sur un bilan positif avec un nombre de spectateurs en augmentation. La provenance des films primés: Ukraine, Philippines, Indonésie, Corée du Sud, Israël  a confirmé la vitalité les cinémas de l’Est, du Proche et de l’Extrême Orient, déjà bien présents dans les éditions précédentes du festival.

Moins de films, moins de séances, plus de public. Le FIFF 2018 a probablement trouvé une bonne formule: une sélection réduite et moins de projections ont généré une plus grande émulation entre les festivaliers, s’est félicité le directeur artistique Thierry Jobin lors du palmarès le 24 mars. “J’encourage les organisateurs à poursuivre dans leurs choix artistiques audacieux. Pas question de s’endormir sur ses lauriers”, a déclaré Dominique de Buman, président du Conseil national. Pour l’ancien syndic de la Ville de Fribourg, “les gens du lieu, j’allais dire du cru, et leur hôtes ont ouvert leur esprit à des films rares”.

Un palmarès riche et varié

Black Level, parabole sans paroles du cinéaste ukrainien Valentyn Vasyanovych, a remporté le Grand Prix du FIFF, “pour la singularité de son langage visuel, pour la complexité de sa proposition filmique, et pour son regard sans concession teinté d’humour et de tendresse”. Ce même film reçoit aussi une mention spéciale du jury œcuménique parrainé par l’Action de Carême (AdC) et Pain pour le Prochain (PPP).

Le Prix spécial du jury revient à After my death (Après ma mort) du cinéaste coréen Kim Ui-seok. “Ce premier long métrage nous a particulièrement impressionné par son atmosphère et son traitement sensible des troubles de l’adolescence. Le prix de jeunes parrainé par l’oeuvre d’entraide Comundo récompense ce même film.

Foxtrot du réalisateur israélien Samuel Maoz obtient lui aussi une double récompense, le prix du jury œcuménique attribué par AdC et PPP et le prix Don Quichotte de la Fédération internationale des cinéclubs (FICC).”Au travers d’un film profond composé d’images poignantes et de motifs bibliques, le réalisateur nous raconte, sur un ton tragi-comique, la grande Histoire et les histoires personnelles.”

Le prix du public revient à What will people say, de la cinéaste norvégienne d’origine pakistanaise Iram Haq. L’Association suisse des journalistes de cinéma distingue de The Seen and Unseen de l’Indonésienne Kamila Andini. Le Prix du meilleur court métrage international est remis à Man of Pa’aling de la Philippine E del Mundo. Puppy Love de Margarita Mina, des Philippines reçoit le prix du Réseau Cinéma Suisse.

Enfin le Prix visa étranger, avec le soutien de E-CHANGER et de Fribourg-Solidaire, récompense un court métrage réalisé par des élèves des écoles de cinéma suisse. Le jury composé de la délégation des cinéastes mongols présents à Fribourg, l’a attribué à la Fribourgeoise Wendy Pillonel pour Les Heures-Encre. (cath.ch/com/mp)


Ethan Hawke, prêtre dans "First Reformed" | © Universal Pictures

Locarno: la religion intéresse à nouveau les réalisateurs

"Sibel" remporte le prix oecuménique| © pyramidefilms.com

Locarno: "Sibel" reçoit le prix oecuménique

Actualités ›