Le cardinal Farrell répète ne pas avoir été au courant des agissements du cardinal McCarrick        

«Je n’ai jamais vu McCarrick se comporter de façon inappropriée», affirme le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, dans un entretien au site spécialisé Vatican Insider publié le 5 septembre 2018.

Au début des années 2000, le cardinal Farrell a été un proche du cardinal McCarrick, alors archevêque de Washington et désormais accusé d’abus sexuels, notamment sur des séminaristes. Nommé en 2000 à la tête de l’archidiocèse de la capitale américaine, le cardinal McCarrick avait désigné Mgr Farrell comme vicaire général en mars 2001. Celui-ci est resté à cette charge jusqu’à sa nomination comme évêque de Dallas en mai 2007.

Pas d’indices d’abus

A Washington, celui qui est désormais préfet de dicastère a vécu à la résidence archiépiscopale à partir de fin 2002. Outre lui et le cardinal McCarrick, de trois à cinq autres personnes y vivaient, explique-t-il à Vatican Insider. Durant toute cette période, «je n’ai jamais vu [le cardinal] McCarrick se comporter de façon inappropriée» ni de séminaristes dans la résidence, soutient le cardinal Farrell.

Le haut prélat rapporte qu’en janvier 2003 un autre évêque – Mgr Michael Saltarelli – lui avait demandé si le cardinal McCarrick «avait amené des séminaristes à la plage». Une question qui n’a cependant pas suscité plus d’interrogations chez lui, d’autant que Mgr Saltarelli n’avait fait aucune référence à un «mauvais comportement». De plus, détaille le cardinal Farrell, il n’était pas lui-même en lien direct avec les prêtres et séminaristes du diocèse.

La «grande réputation» du cardinal McCarrick

Dans son témoignage publié le 25 août, Mgr Carlo Mario Viganò, nonce aux Etats-Unis entre 2011 et 2016, soutient «ne pas pouvoir honnêtement croire» le cardinal Farrell lorsque celui-ci affirme ne pas avoir été au courant des agissements du cardinal McCarrick. Le 24 juillet, le haut prélat curial avait déclaré au National Catholic Reporter être «choqué, bouleversé» par les révélations.

Auprès de Vatican Insider, le préfet de dicastère rétorque que l’ancien archevêque de Washington avait une «grande réputation», avait été choisi par le pape et qu’aucune «plainte» n’avait été déposée alors qu’il travaillait à ses côtés. «Ainsi, pourquoi aurais-je dû penser qu’il y avait quelque chose d’erroné dans sa façon d’être?», questionne-t-il. (cath.ch/imedia/xln/rz)

6 septembre 2018 | 14:48
par Raphaël Zbinden
Partagez!