Le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens | © Oliver Sittel
Vatican
Le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens | © Oliver Sittel

Le Moyen-Orient est un lieu unique pour l’unité, affirme le cardinal Koch

03.07.2018 par I.MEDIA

Le Moyen-Orient est une terre “martyrisée“, mais c’est aussi un lieu de racines et d’unité, a indiqué le 3 juillet 2018 le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, en présentant la rencontre de Bari.

Pour le cardinal Koch, l’unité des chrétiens passe par l’approfondissement de leurs “racines communes“ au Moyen-Orient. D’autant que cette terre est aussi celle où la situation des chrétiens est actuellement la plus “précaire“, du fait des guerres et des persécutions.

Parmi les principes qui guident la diplomatie du Saint-Siège, a-t-il rappelé, figurent ainsi l’impossibilité d’un Moyen-Orient sans chrétiens, facteurs “d’équilibre“. Pour cela, la recherche d’une paix politique et le respect de la liberté religieuse représentent des critères essentiels.

“Le Moyen-Orient est la terre d’origine du christianisme, a également affirmé le haut prélat suisse. C’est pour cette raison qu’il occupe une place unique dans le mouvement pour l’unité des chrétiens“.  

Mais sur cette terre “martyrisée“, les relations œcuméniques sont aussi les plus fortes, a ajouté le cardinal, en particulier entre catholiques et orthodoxes. C’est en effet à Jérusalem qu’a eu lieu le premier “baiser de paix“ entre le pape Paul VI et le patriarche orthodoxe Athénagoras, le 6 janvier 1964. Rendant “irréversible“ le mouvement vers l’unité.

Accords pastoraux pour l’intercommunion

En outre, le cardinal Koch a souligné que les accords pastoraux conclus avec certaines Eglises orientales, notamment sur l’accès aux sacrements dans les situations d’urgence. C’est le cas avec l’Eglise orthodoxe syrienne, en 1984, ainsi qu’entre les catholiques chaldéens et les assyriens orthodoxes en 2001.

Enfin, pour le cardinal suisse, les difficultés des chrétiens d’Orient constituent pour eux-mêmes, ainsi que pour les chrétiens du monde entier, un “appel à la sainteté“. Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient est passé de 20% avant la Première guerre mondiale, à 5% aujourd’hui. (cath.ch/imedia/ap/bh)


Mgr Scicluna, archevêque de La Valette, envoyé spécial du pape François au Chili (Photo: capture d'écran)

Le Saint-Siège prépare la réunion de février sur les abus sexuels

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales. | © Flickr/CC BY-NC-SA 2.0)

Le cardinal Sandri dénonce des actes au profit des chrétiens d′Orient trop “rares“

Actualités ›