8 décembre 2015, le pape François ouvre la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre. (Photo: Keystone)
Vatican
8 décembre 2015, le pape François ouvre la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre. (Photo: Keystone)

Le pape François ouvre le Jubilé de la miséricorde

08.12.2015 par I.MEDIA

Le pape François a solennellement ouvert l’année sainte extraordinaire du Jubilé de la miséricorde, le 8 décembre 2015, lors d’une messe célébrée place Saint-Pierre 50 ans jour pour jour après la fin du Concile Vatican II. Au terme d’une cérémonie marquée par un déploiement exceptionnel des forces de l’ordre, le chef de l’Eglise catholique a ouvert la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Il s’est arrêté un instant en silence sur le seuil de l’immense porte de bronze, immédiatement suivi par le pape émérite Benoît XVI.

Au terme de la messe célébrée place Saint-Pierre devant des dizaines de milliers de fidèles, sous une pluie fine, le pape François a ouvert la Porte sainte de la basilique vaticane. Dans l’atrium de la basilique, il a lentement poussé les deux lourds battants de la grande porte de bronze, sous les yeux du pape émérite Benoît XVI, 88 ans, qui n’était pas réapparu lors d’une cérémonie publique depuis la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean Paul II, en avril 2014.

Benoît XVI franchit la porte

Après avoir chaleureusement salué Benoît XVI, le pape François a donc prié quelques instants devant la Porte sainte avant d’en gravir les trois marches et d’en pousser, avec quelque difficulté, les lourds battants. Il s’est ensuite tenu, seul, en silence et tête baissée, sur le seuil de la porte que devraient franchir plusieurs millions de fidèles jusqu’à la clôture du Jubilé de la miséricorde, le 20 novembre 2016. Une fois passé, le pape François s’est arrêté à l’intérieur de la basilique pour regarder son prédécesseur, le pape émérite Benoît XVI, passer à son tour cette porte. C’est accompagné de son secrétaire particulier Mgr Georg Gänswein et une canne à la main, que Benoît XVI a lentement franchi le seuil de la Porte sainte.

Une impulsion missionnaire

Auparavant, sur la place Saint-Pierre, le pape François avait présidé une messe solennelle au jour de la fête de l’Immaculé conception, entouré d’une soixantaine de cardinaux et de plus d’une centaine d’évêques. Dans son homélie, sous un immense logo du jubilé, le pape a particulièrement souhaité que cette année extraordinaire permette de “grandir dans la conviction de la miséricorde“.

“Nous devons faire passer la miséricorde avant le jugement, et dans tous les cas le jugement de Dieu sera toujours à la lumière de sa miséricorde“, a soutenu le pape pour qui, “si tout restait cantonné au péché, nous serions les plus désespérées des créatures, alors que la promesse de la victoire de l’amour du Christ enferme tout dans la miséricorde du Père“.

50 ans jour pour jour après la clôture du Concile Vatican II, le pape a rendu un vibrant hommage à l’assise conciliaire qui s’est tenue du 11 octobre 1962 au 8 décembre 1965. Elle fut, a soutenu le pape François, “une véritable rencontre entre l’Eglise et les hommes de notre temps, une rencontre marquée par la force de l’Esprit qui poussait son Eglise à sortir des obstacles qui pendant de nombreuses années l’avaient refermée sur elle-même, pour reprendre avec enthousiasme le chemin missionnaire“.

“Partout où il y a une personne, l’Eglise est appelée à la rejoindre pour lui apporter la joie de l’Evangile“, a soutenu le pape François. Et le pontife d’appeler alors l’Eglise catholique à reprendre cette “impulsion missionnaire (…) avec la même force et le même enthousiasme (…) Le jubilé nous provoque à cette ouverture et nous oblige à ne pas négliger l’esprit qui a jailli de Vatican II, celui du Samaritain“.

Têtes couronnées

Avant la messe, le pape a salué plusieurs chefs de gouvernement accompagnés de leurs délégations, à la chapelle de la Pietà de la basilique Saint-Pierre. Parmi eux le président de la République italienne Sergio Mattarella, des membres de la famille royale belge parmi lesquels la reine Paola, le roi Albert II, la princesse Astrid et le prince Laurent, mais aussi les capitaines régents de la République de Saint-Marin, la vice-présidente du Sénat de la République tchèque et le vice-président du Bundestag allemand. Après le pape François, le pape émérite, les cardinaux et les évêques, ces personnalités ont passé en premier la Porte sainte du jubilé, à la fin de la cérémonie.

Anticipant d’une dizaine de jours l’ouverture solennelle du Jubilé de la miséricorde, le pape avait ouvert, le 29 novembre 2015, la porte sainte de la cathédrale de l’Immaculée conception de Bangui, en République centrafricaine. (cath.ch-apic/imedia/rz)


Webdossier: L’Année de la miséricorde

misericorde

Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, retrouvez notre webdossier consacré à l’Année de la miséricorde sur www.misericorde-cath.ch


Actualités ›