Le pape va célébrer en mai la canonisation de la Française Jeanne Emilie de Villeneuve

Rome, 14 avril 2015 (Apic) Au cours du mois de mai 2015, le pape François présidera une messe de canonisation au cours de laquelle la Française Jeanne Emilie de Villeneuve sera proclamée sainte. Il visitera aussi une nouvelle paroisse des alentours de Rome en se rendant à Ostie et célébrera une messe pour l’organisation caritative Caritas Internationalis. C’est notamment ce qui ressort du calendrier des prochaines célébrations liturgiques pontificales publié le 14 avril.

Comme chaque année, le pape François présidera le 26 avril à 9h30, dans la basilique Saint-Pierre, la messe d’ordination de plusieurs prêtres du diocèse de Rome, formés dans les différents collèges romains. Cette messe a lieu à l’occasion de la Journée mondiale de prière pour les vocations.

Le dimanche suivant, 3 mai, le pape se rendra une nouvelle fois dans une paroisse des environs de la capitale italienne. Il se rendra ainsi à Ostie, dans l’ancienne cathédrale de ce diocèse désormais lié à Rome, à savoir la basilique Sainte-Marie-reine-de-la-paix, une paroisse fondée en 1917 et ouverte au culte en 1928. Le titulaire de cette église est l’archevêque de Kinshasa, en République démocratique du Congo, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya.

Le 12 mai à 17h30, dans le chœur de la basilique Saint-Pierre, le pape François présidera de façon inédite une messe pour marquer l’ouverture de l’assemblée générale de Caritas Internationalis. Quatre ans après l’assemblée de mai 2011, cette réunion devrait notamment procéder au remplacement du président de cette confédération caritative, au terme du deuxième mandat du cardinal hondurien Oscar Rodríguez Maradiaga.

Quatre nouvelles saintes, dont deux Palestiniennes

Comme prévu, le pape François présidera le 17 mai à 10h, place Saint-Pierre, une nouvelle messe de canonisation. Il proclamera saintes la religieuse française Jeanne Emilie de Villeneuve (1811-1854), la religieuse italienne Maria Cristina dell’Immacolata (1856-1906), ainsi que deux religieuses palestiniennes, Mariam Bawardi (1846-1878) et Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927). Puis, le 24 mai à 10h, le pape célébrera la messe de la Pentecôte dans la basilique Saint-Pierre.

Puis, le 4 juin à 19h, comme le veut la tradition, le pape présidera la célébration de la fête du «Corpus Domini», devant la basilique romaine de Saint-Jean-de-Latran. A l’issue de la messe de la Fête-Dieu, il présidera la procession du Saint-Sacrement jusqu’à la basilique Sainte-Marie-Majeure. En 2014, le pape François avait seulement donné sa bénédiction au terme de la procession, voulant à la fois économiser ses forces à deux jours d’un déplacement en Calabre et afin que les fidèles se focalisent sur le Saint-Sacrement, avait alors expliqué le Vatican. Cette célébration, cette fois-ci, aura lieu à deux jours du voyage du pape en Bosnie-Herzégovine.

Des cousins piémontais

Les 21 et 22 juin, le pape François se rendra à Turin, au nord-ouest de l’Italie. Il y vénérera le Saint-Suaire exposé dans la cathédrale de la capitale piémontaise à l’occasion du bicentenaire de la naissance de saint Jean Bosco (1815-1888). Au cours de ce déplacement, il présidera notamment une rencontre avec le monde du travail. Il sera le premier pape à se rendre dans un temple de l’Eglise évangélique vaudoise, et consacrera aussi quelques heures à certains de ses cousins piémontais.

Le 27 juin, le pape présidera un consistoire pour quelques causes de canonisation. C’est à cette occasion que devrait être donnée la date de la canonisation des Français Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin (1831-1877), les parents de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Cette célébration devrait avoir lieu durant le prochain Synode des évêques sur la famille, au mois d’octobre.

Le deuxième trimestre se terminera avec la traditionnelle messe du 29 juin, à l’occasion de la fête solennelle des saints Pierre et Paul, à 9h30 dans la basilique vaticane. Pour la première fois, le pape a choisi de ne plus remettre lui-même sur les épaules des archevêques métropolitains le pallium, une petite écharpe de laine qui symbolise leur attachement particulier au pontife. Le pallium béni par le pape leur sera transmis symboliquement et devra être solennellement imposé dans leur propre diocèse par le nonce apostolique. (apic/imedia/ami/be)

14 avril 2015 | 17:48
par Jacques Berset
Partagez!