Le rabbin raciste Benzi Gopstein (Photo:  www.youtube.com)
International
Le rabbin raciste Benzi Gopstein (Photo: www.youtube.com)

Le rabbin Benzi Gopstein qualifie les chrétiens de "vampires buveurs de sang"

25.12.2015 par Jacques Berset

Le rabbin israélien Benzi Gopstein, leader du mouvement juif raciste “Lehava”, qui milite contre la coexistence judéo-arabe, qualifie les chrétiens de “vampires buveurs de sang”. Pour ce militant extrémiste, dont les dérapages sont toujours restés impunis, “Noël n’a pas sa place en Terre Sainte”.

Incitant, début août 2015, les juifs à incendier les églises et mosquées du pays, ce rabbin fascisant vient de lancer de nouvelles menaces contre les chrétiens. L’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte (AOCTS) dénonce avec la plus grande fermeté ses propos incendiaires.

L’été dernier, l’AOCTS avait déposé plainte pour incitation à la violence contre ce rabbin extrémiste qui semble bel et bien sévir en toute impunité. Dans un article publié il y a quelques jours sur le site juif ultra-orthodoxes “Kooker”, Benzi Gopstein se fait fort de dénoncer la présence chrétienne en Terre Sainte, l’accusant de nourrir des velléités prosélytes à l’égard des juifs, avant d’asséner: “Expulsons les vampires avant qu’ils ne s’abreuvent encore une fois de notre sang”.

Les catholiques, “les plus grands ennemis du judaïsme”

Le rabbin extrémiste affirme que la célébration de Noël servirait de pratique de conversion de juifs par l’Eglise catholique, les catholiques étant ses yeux “les plus grands ennemis du judaïsme”. Ces propos ont aussitôt suscité l’indignation de toute la communauté chrétienne, surtout des chefs catholiques de Terre Sainte, qui se sont dits “consternés” face aux “déclarations injurieuses et absolument inadmissibles du rabbin Benzi Gopstein”.

Les chefs religieux catholiques rappellent dans un communiqué que, cette année, ils commémorent le cinquantième anniversaire de “Nostra Aetate”, déclaration sur les relations entre l’Eglise catholique et les religions non chrétiennes, au premier rang desquelles, le judaïsme. “Ce texte historique, fruit du Concile Vatican II, a posé les bases d’un dialogue nécessaire et désormais solide entre juifs et chrétiens, sous le sceau du respect, de la fraternité et de la sincérité”.

Les responsables catholiques condamnent avec fermeté ces propos irresponsables

“Nous, Ordinaires Catholiques de Terre Sainte, croyons en ce dialogue, en son importance, et en sa viabilité, et condamnons avec fermeté les propos irresponsables du rabbin Gopstein; ils sont un outrage à ce même dialogue et aux valeurs qui y sont rattachées”.

Il y a quatre mois, l’AOCTS avait porté plainte contre Benzi Gopstein “sans que cette action ait été suivie d’effet”. Les prélats catholiques lancent par conséquent un nouvel appel pressant aux autorités israéliennes: “Ces tentatives d’intimidation et ces provocations, récurrentes, représentent un réel danger pour la coexistence pacifique dans ce pays. Vous vous devez de les dénoncer avec vigueur, et de prendre les mesures qui s’imposent dans l’intérêt même de tous les citoyens!”

Une suite de provocations restées impunies

Le chef de file du mouvement raciste juif “Lehava” n’en est pas à sa première provocation. En août dernier, il n’avait pas hésité à affirmer que la loi juive préconisait de détruire l’idolâtrie en terre d’Israël, et qu’en conséquence, les églises et les mosquées pouvaient être incendiées. Ces propos, tenus dans un contexte marqué par une suite d’actes de vandalisme contre des édifices chrétiens, avaient alors conduit l’AOCTS à porter plainte contre le rabbin Gopstein pour incitation à la haine. Dimanche 29 novembre dernier, des activistes du groupe “Lehava” avaient même manifesté devant le YMCA de Jérusalem contre la tenue d’un marché de Noël, dénonçant le “meurtre d’âmes juives”, et demandant aux chrétiens de quitter la Terre Sainte. (cath.ch-apic/plj/be)

 


Mgr Georges Bacouni, archevêque grec-catholique melkite d’Acre et président de l’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte | © Jacques Berset

Les Eglises demandent l'abrogation de la loi discriminatoire "Israël Etat-nation du peuple juif"

"C'est bien la fête de la Résurrection du Christ la plus importante", assure le pape | © Pixabay

Quelle est la fête la plus importante: Noël ou Pâques?

Actualités ›