Vatican

Le synode doit «aider les jeunes à trouver le mode d’emploi de leur vie»

«Nous devons aider les jeunes à trouver le bon mode d’emploi», a déclaré Mgr Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, lors d’une conférence de presse le 16 octobre 2018 au Vatican.

Entrée ce 16 octobre dans la troisième phase du synode sur ‘les jeunes, la foi et le discernement vocationnel’, l’assemblée synodale s’est penchée sur les propositions pastorales pour répondre aux aspirations des jeunes. Il faut «aider les jeunes à trouver le bon mode d’emploi de leur vie», a expliqué le cardinal Turkson, selon lequel «toute l’humanité a besoin d’un manuel de vie».

Beaucoup de lumière au bout du tunnel

Il faut «écouter la réalité de ces jeunes, leurs rêves et leurs peurs», a considéré pour sa part le cardinal Louis-Raphaël Sako, patriarche de l’Eglise chaldéenne irakienne et président délégué du synode. «Certains jeunes ont peur d’accomplir leur vocation de prêtre, tout comme d’autres de se marier». Mais grâce au synode, s’est-il réjoui, «nous voyons beaucoup de lumière au bout du tunnel!»

Selon une personne présente dans l’aula, les discussions ont abordé la nécessité «de réformer ce qui est superficiel». Les jeunes ont besoin «d’authenticité, de clarté et d’exigence», «on a tort de sous-estimer l’idéalisme des jeunes», ont ainsi déclaré certains Pères synodaux. Autre sujet évoqué: la formation des élites par l’Eglise dans de nombreux pays. C’est une force, a-t-il été souligné, afin d’éduquer au bien commun pour former les leaders de demain et transformer à terme les sociétés.

La question des chrétiens d’Orient

Par ailleurs, le cardinal Sako a déploré le manque de références aux jeunes chrétiens d’Orient et à leurs souffrances dans l’Instrumentum laboris (document préparatoire de travail). Pour le haut prélat, les chrétiens doivent être aidés afin de pouvoir rester dans leur propre pays.

Un point de vue que la Hongrie «a bien compris», selon lui: au lieu d’accueillir des réfugiés chrétiens sur son territoire, elle a donné plusieurs millions d’euros aux communautés chrétiennes de Syrie et d’Irak, afin de reconstruire leurs églises et leurs écoles. «Si nous quittons ces pays, c’est un patrimoine très riche qui disparaîtra», a-t-il prévenu.

Un pèlerinage pour les Pères synodaux

Préfet du Dicastère pour la communication, Paolo Ruffini a annoncé qu’un pèlerinage serait organisé pour les Pères synodaux le 25 octobre au matin, sur les six derniers kilomètres de la Via Francigena. Ce pèlerinage se terminera par la célébration d’une messe dans la basilique Saint-Pierre.

En outre, Paolo Ruffini a rapporté que les quatre évêques français présents au synode avaient remis au pape François 1’509 cartes postales écrites par des lycéens lors du FRAT 2018, organisé à Lourdes en avril dernier. Le FRAT est un rassemblement annuel de jeunes chrétiens d’Ile-de-France.

Enfin, le préfet de dicastère a indiqué que le document final serait lu le jour de son vote, soit le 27 octobre, en italien. «Les traductions mettraient trop de temps et de nombreux Pères synodaux pratiquent l’italien», a-t-il ajouté. (cath.ch/imedia/mg/ah/rz)

Le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral | © Raphaël Zbinden
17 octobre 2018 | 09:50
par Raphaël Zbinden
Partagez!