Vatican

Le synode sur les jeunes doit «promouvoir la participation de tous»

Le synode a permis aux évêques d’expérimenter la «coresponsabilité» avec les jeunes, a estimé Mgr Héctor Miguel Cabrejos Vidarte, archevêque de Trujillo (Pérou) et président de la Conférence épiscopale péruvienne, le 25 octobre 2018 lors d’une conférence de presse au Vatican.

Dans la matinée du 25 octobre, les participants au synode sur ›les jeunes, la foi et le discernement vocationnel’ ont effectué ensemble un pèlerinage de quelque six kilomètres jusqu’à la tombe de saint Pierre, au Vatican. Pour Lucas Barboza Galhardo, jeune auditeur venu du Brésil, cette expérience a été la «mise en pratique» de l’expérience synodale.

Etymologiquement, a approuvé Mgr Cabrejos Vidarte, synode signifie effectivement «marcher ensemble». Ainsi, a-t-il poursuivi, depuis le 3 octobre, les Pères synodaux ont pu expérimenter la «coresponsabilité» avec les jeunes, présents dans l’aula en tant qu’auditeurs. A l’image de cette assemblée synodale, a plaidé le Péruvien, il faut «promouvoir la participation de tous» à tous les niveaux de l’Eglise.

«Tous ensemble, nous devons créer une vraie famille», a renchéri le cardinal Arlindo Gomes Furtado, évêque de Santiago (Cap-Vert). «Nous devons faire croître la collaboration, le témoignage», a affirmé Mgr Cabrejos Vidarte, afin de croître vers une «Eglise avec les bras ouverts pour tous». Une Eglise selon «l’esprit de Pentecôte», s’est pour sa part enthousiasmé le cardinal Gualtiero Basseti, président de la Conférence épiscopale italienne.

82 interventions sur le projet de document final

Par ailleurs, les différents intervenants sont très peu revenus sur le projet de document final, auquel les Pères synodaux ont pu ajouter leurs modi lors des assemblées plénières du 24 octobre. Selon une liste communiquée par le Saint-Siège, pas moins de 82 d’entre eux – sur un total de 267 – sont ainsi intervenus, souvent pour présenter des modifications, parfois pour défendre des éléments de ce projet.

Bien que ce projet soit confidentiel, le cardinal Basseti a indiqué que le sujet des abus sexuels et de pouvoir y figurait bien. Si l’ensemble des Pères synodaux s’accordent sur la honte et la tragédie que ces abus représentent, les termes précis pour aborder ce sujet font encore l’objet de discussions. Par ailleurs, une importante place devrait aussi être consacrée dans le document final à la place des femmes au sein de l’Eglise – ce qui ne signifie pas revenir sur l’ordination exclusivement réservée aux hommes.

Par ailleurs, la lettre aux jeunes a été présentée par la commission chargée de sa rédaction lors des congrégations générales du 24 octobre. Ce projet a suscité de très nombreuses réactions, conduisant ainsi la commission à retravailler ce document. Celui-ci pourrait être lu au cours de la messe de clôture du synode, présidée le 28 octobre par le pape François sur la place Saint-Pierre. (cath.ch/imedia/xln/mp)

«Il ne faudrait surtout pas que ce synode déçoive les jeunes qui ont contribué à le préparer», s'inquiètent certains évêques | © flickr/catholicism/CC BY-NC-SA 2.0
25 octobre 2018 | 17:19
par Maurice Page
Partagez!