International

Les évêques polonais admettent des négligences face aux abus

Les évêques de Pologne ont fait leur mea culpa, le 22 mai 2019 à Varsovie, quant à leur gestion des abus sexuels dans l’Eglise. Après s’être excusés, ils ont confessé n’en avoir pas fait assez pour combattre ce fléau. La diffusion d’un documentaire choc sur le sujet serait à l’origine de la prise de conscience de l’épiscopat.

«Ces cas exigent que nous évitions toute négligence et que nous soyons encore plus sensibles à l’aide aux victimes», a déclaré Mgr Stanislaw Gadecki, président de la Conférence épiscopale de Pologne, à l’issue de l’assemblée ordinaire dans la capitale. La rencontre était consacrée à la protection des mineurs au sein de l’institution, rapporte eKai, l’agence d’information de l’Eglise en Pologne.

Obligation de dénoncer

Ces repentances surviennent après qu’un documentaire sur les abus sexuels commis par le clergé ait provoqué une intense onde de choc dans le pays. Le film Tylko nie mow nikomu (Seulement, ne le dis à personne) a été vu des millions de fois quelques jours seulement après sa diffusion sur internet. La vidéo de deux heures documente notamment l’évidente négligence des autorités de l’Eglise et de l’Etat face aux crimes commis par des prêtres. La réaction a été vive du côté du pouvoir politique, qui a promis des mesures extrêmement sévères envers les pédophiles, dans tous les milieux de la société.

A Varsovie, les évêques ont exprimé leur tristesse, s’excusant auprès de tous ceux qui ont été touchés par ce «péché» et ce «crime». Ils ont admis que le film de Tomasz Sekielski les avait rendus «conscients de l’ampleur de la souffrance des victimes».

Ils ont annoncé avoir avalisé une série de mesures de lutte contre les abus. Parmi celles-ci, l’obligation de dénoncer tout soupçon aux organes compétents de l’Etat et de l’Eglise. Un office spécial en charge de la protection des mineurs devrait aussi être créé au sein de la Conférence épiscopale. Des systèmes d’écoute et de conseils juridiques destinés aux victimes doivent être mis en place, ainsi que des formations de prévention au niveau des séminaires.

Les évêques ont en outre remercié le pape François pour son motu proprio Vos estis lux mundi, publié le 9 mai 2019, qui renforce les mesures contre les abus en contexte ecclésial. Mgr Gadecki a cependant également mis en garde contre une généralisation de la culpabilité à tous les prêtres du pays.

Vers un scénario «à la chilienne»?

L’épiscopat polonais attend la visite de Mgr Charles Scicluna, secrétaire-adjoint de la Congrégation pour la doctrine de la foi. L’homme-clef du Saint-Siège dans la lutte contre les abus sexuels se rendra en Pologne en juin 2019.

Stanislaw Obirek, anthropologue et théologien de l’Université de Varsovie, a assuré que cette visite provoquait une forme de «panique» parmi le clergé. L’ancien jésuite considère que le rapport du prélat maltais pourrait mener à une vague de démissions au sein de l’épiscopat, selon le «scénario chilien». Suite à une enquête de Mgr Scicluna sur les abus au Chili, le pape François avait convoqué l’ensemble des évêques de ce pays à Rome. Ces derniers avaient décidé de démissionner en bloc. Le pontife avait ensuite accepté la démission de sept évêques sur 32. (cath.ch/ekai/ag/rz)

 

Mgr Stanislaw Gadecki s'est excusé au nom des évêques polonais (capture d'écran YouTube)
23 mai 2019 | 16:40
par Raphaël Zbinden
Abus sexuels (571), Pologne (106)
Partagez!