Soeur Nathalie Becquart, ancienne directrice du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations, a été la coordinatrice générale du pré-synode des jeunes | © Jacques Berset
Vatican
Soeur Nathalie Becquart, ancienne directrice du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations, a été la coordinatrice générale du pré-synode des jeunes | © Jacques Berset

Les religieuses participant au synode saluent "l'ouverture" des Pères synodaux

30.10.2018 par I.Media

Le Synode des évêques sur ′les jeunes, la foi et le discernement vocationnel′ a été marqué par la capacité d′écoute des Pères synodaux et leur “ouverture”, ont expliqué les religieuses qui ont participé à cet événement. Elles l’ont souligné au cours d′une conférence à l′Union internationale des supérieures générales (UISG) à Rome le 29 octobre 2018.

Grâce à la “persévérance” de certaines religieuses, le synode des évêques d′octobre 2018 a accueilli davantage des femmes, a affirmé Sœur Sally Marie Hodgon, vice-présidente de l′UISG. Cependant, au regard du nombre d′hommes présents dans cette assemblée synodale, la place des femmes représentait un défi, bien que le sujet portait en réalité sur les jeunes. Les choses ont progressé et “nous continuerons à le faire”, a assuré la religieuse américaine.

Pour elle, ce synode a en outre révélé une grande capacité d′écoute de la part de l′Eglise. Il y a eu une “grande conversion” à cet égard, et les Pères synodaux ont fait preuve d′ouverture. Une écoute qui ne se fait pas uniquement avec les oreilles, a renchéri la Sœur Alessandra Smerilli, mais également avec le cœur afin de mieux entendre les “profondes douleurs” et les “blessures” que portent les jeunes.

“Un très grand pas pour les femmes”

Grâce notamment à l′apport des jeunes, le grand fruit de cette 15e édition de l’assemblée du Synodes des évêques est le thème de la synodalité, a encore affirmé Sœur Alessandra Smerilli. C′est-à-dire la prise de conscience qu′on ne peut prendre de décisions que tous ensemble. La contribution des jeunes a, selon elle, “réveillé la synodalité de l′Eglise”.

“Ce synode est un très grand pas pour les femmes”, a expliqué Sœur Nathalie Becquart, prenant pour exemple le paragraphe 13 du document final sur “l′alliance”. Mais les religieuses doivent maintenant davantage s′investir dans les prises de décisions. Une question, a-t-elle souligné, qui n′était pas forcément posée par les femmes elles-mêmes mais également par les évêques. Pour Sœur Alessandra Smerilli, les religieuses doivent notamment s′investir dans la formation et l’accompagnement. Mais pour ce faire, il reste encore à se préparer, notamment à aborder les sujets des abus ou encore la question de la sexualité. (cath.ch/imedia/pad/be)


Le pape François a annoncé l’institution d’une Commission d’études sur le diaconat féminin (photo d'illustration: flickr/bostoncatholic/CC BY-ND 2.0)

Le rapport de la commission sur le diaconat féminin bientôt rendu public?

Certaines religieuses travaillant au Vatican ne se sentent pas reconnues (Photo d'illustration:eltpics/Flickr/CC BY-NC 2.0)

Pape François: "Les religieuses ne sont pas les esclaves des clercs !"

Actualités ›