L’ONG catholique PEDER aide les enfants de la rue avec le soutien du PAM

Active dans l’intégration sociale des enfants de la rue, l’ONG catholique Programme diocésain d’encadrement des enfants de la rue (PEDER) soutient près d’un millier d’enfants marginalisés et à risques à Bukavu, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

L’ONG catholique bénéficie du soutien du Programme alimentaire mondial (PAM).

PEDER, une œuvre d’entraide catholique de la congrégation missionnaire des Sœurs de Santa Gemma, de Lucca (Italie), est pour le PAM «un modèle d’intégration sociale».

«Vivres contre Travail»

Le centre soutient, depuis 25 ans, près d’un millier d’enfants en situation de rue à Bukavu et dans la périphérie de la ville. Ils sont en majorité âgés de 12 à 18 ans. Le PAM indique que depuis 2012, près de 800 enfants ont pu suivre une formation au PEDER, tout en recevant des vivres du PAM, favorisant ainsi leur réinsertion économique et sociale. Le partenariat entre le PAM et PEDER permet d’intervenir au profit de centaines d’enfants vivant dans la rue.

Linda, une ancienne fille de rue, pensionnaire du PEDER, et bénéficiaire de ce partenariat qui s’inscrit dans le cadre du programme PAM «Vivres contre Travail», est donnée en exemple. Linda Cirimwami a 18 ans et elle habite dans le quartier Kasheke Garunva à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Issue d’une famille nombreuse et pauvre, Linda a arrêté très tôt ses études secondaires. Elle était obligée par ses parents de rester à la maison pour veiller sur ses jeunes frères et sœurs.

Un choix qui étonne les hommes

Elle a commencé à fréquenter le centre d’apprentissage des métiers de l’ONG grâce à une sensibilisatrice de ce centre. «Je suis arrivée au centre PEDER en août 2014. J’y ai passé les 6 premiers mois en alphabétisation, ce qui me permet aujourd’hui de bien suivre ma formation en menuiserie», a-t-elle rappelé, avant de poursuivre: «Mon rêve a toujours été de gérer un atelier de menuiserie, de fabriquer des meubles et d’initier mes frères à ce métier. Après ma formation, ce rêve deviendra réalité».

Dans la ville de Bukavu, les jeunes filles qui exercent un tel métier sont extrêmement rares. Linda fera désormais partie de ce cercle fermé, constitué de femmes menuisières, à la fin de sa formation. Son choix a étonné plus d’un homme, mais elle tient à prouver que le métier de menuisier n’est pas l’apanage des hommes.

Des apprenants issus de familles très pauvres ou en rupture familiale

«J’aime la menuiserie et je suis fière de travailler parmi les hommes, car il n’y a pas de métiers pour les hommes et d’autres pour les femmes», a-t-elle fait remarquer. Pendant sa formation, elle ne peut pas travailler pour subvenir à ses besoins. Heureusement, le PEDER bénéficie de l’assistance du programme du PAM. «Je remercie infiniment le PAM pour les vivres qu’il nous donne. Sans cette assistance je n’aurais pas été en mesure de suivre la formation jusqu’à ce jour», témoigne-t-elle.

Le PAM à Bukavu offre son assistance à tous les apprenants qui sont soit issus de familles très pauvres soit en rupture familiale. (cath.ch-apic/ibc/be)

 

Linda Cirimwami apprend la menuiserie auprès du Programme diocésain PEDER
28 février 2016 | 10:34
par Jacques Berset
Bukavu (4), Congo (27), Enfants de la rue (2), PAM (1), PEDER (1)
Partagez!