L'Ordre de Malte refuse de coopérer avec le Saint-Siège

11.01.2017 par I.MEDIA

Le Grand Maître de l’Ordre de Malte a fait savoir, le 11 janvier 2017, qu’il refusait de coopérer avec la commission pontificale d’enquête créée par le pape.

Dans une lettre postée sur son site internet, l’Ordre souverain affirme que la commission créée le 22 décembre 2016 est “légalement incompétente” pour enquêter sur le renvoi du Grand Chancelier Albrecht von Boeselager. Le Saint-Siège a chargé un groupe de prélats – emmené par l’ancien représentant du Saint-Siège auprès de l’ONU Mgr Silvano Tomasi – de faire la lumière sur la mise à l’écart de l’Allemand. Le Grand chancelier de l’Ordre a, selon certains médias, été démis de ses fonctions pour avoir décidé de la distribution de préservatifs à des malades du sida, en Asie ou en Afrique.

Les dirigeants de l’Ordre estiment que la décision du Grand Maître Fra’ Matthew Festing de renvoyer le Grand Chancelier est “un acte de gouvernement interne“. En tant qu’“entité souveraine“, l’Ordre de Malte “n’a pas à coopérer“ avec la commission d’enquête, est-il précisé. (cath.ch/imedia/ah/rz)


Le nouveau vice-président de l'Aide à l'Eglise en Détresse Jean de Skowronski, avec le président Marco Reichmuth (à droite) (Photo: Jacques Berset)

Jean de Skowronski succède au Père Longchamp à la vice-présidence d'AED Suisse

Albrecht von Boeselager a retrouvé ses fonctions de Grand chancelier (Photo:AP Alessandra Tarantino/Keystone)

L'Ordre de Malte doit se réformer

Actualités ›