Le pape a exhorté les étudiants de l'université Roma Tre à intégrer et accompagner les migrants. (Photo: Université Rome tre)
International
Le pape a exhorté les étudiants de l'université Roma Tre à intégrer et accompagner les migrants. (Photo: Université Rome tre)

"L'université est un remède à la violence", affirme le pape

17.02.2017 par I.MEDIA

Pour sa première visite dans une université italienne, le 17 février 2017, le pape François a demandé aux étudiants de Roma Tre de rechercher et de vivre ensemble “le vrai, le bon et le beau”, pour former un remède à la violence. L’université doit être un lieu d’intégration pour les migrants, “en cherchant l’unité, non pas l’uniformité”, a assuré le pape.

L’université est un lieu privilégié pour le dialogue, a affirmé le pape François dans un discours essentiellement improvisé, en réponse aux questions de quatre étudiants: “celui qui va seulement écouter le professeur et rentre chez lui, n’est pas un universitaire“.

Le pontife a ainsi souligné l’importance de ne pas se rendre à la faculté seulement pour apprendre, mais aussi pour vivre le vrai, le bon, le beau. Une expérience qui se réalise ensemble, a-t-il ajouté.

Cette forme de dialogue commun pour rechercher la vérité est un remède à la violence, a poursuivi le pape François. Car là où il n’y a pas de dialogue, il y a la violence, a-t-il insisté. Selon lui, les guerres commencent dans notre cœur, quand nous ne sommes pas capables de nous ouvrir aux autres.

Pas seulement accueillir, mais intégrer

Abordant le thème de l’immigration, en réponse à la question d’une jeune Syrienne recueillie à Lesbos (Grèce), le pape a souligné la nécessité de ne pas seulement accueillir mais aussi d’accompagner et d’intégrer.

Quand ils arrivent en Europe, les migrants sont souvent exploités, a déploré le pontife, insistant sur l’importance de leur enseigner une langue, leur donner du travail et d’en faire d’authentiques citoyens du pays. Le pape a pris pour exemple la Suède où existent de merveilleuses expériences d’intégration. Les immigrés doivent être reçus comme des frères et des sœurs humains, a expliqué le pape.

L’université doit emprunter ce chemin de l’unité, a continué le pontife, où chaque personne, race, culture, conserve son identité propre, et où ces différences coexistent pacifiquement et s’enrichissent. Dans une époque de mondialisation, il faut chercher l’unité, a encouragé le pontife, la distinguant de l’uniformité qui détruit les possibilités d’être différents.

Evoquant l’identité de l’Europe, le pape François a estimé qu’elle s’était formée artisanalement par les nombreuses invasions. Le pape a ainsi mis en garde contre la tentation de considérer l’immigration comme un danger, mais plutôt comme un défi pour grandir.

Ne pas réduire la personne à un “matériel humain”

Dans son discours écrit, le pape a aussi demandé aux étudiants de ne pas omettre la dimension spirituelle dans leurs études. La foi, a-t-il assuré, ne limite pas la portée de la raison, mais la fait accéder à une vision intégrale de l’homme et de la réalité. De cette façon, la foi préserve du risque de réduire la personne à un “matériel humain“. Le pape a confié ce texte originel au recteur de l’université afin qu’il suscite une réflexion chez ses étudiants.

Fondée en 1992, Roma Tre est la plus jeune université de la capitale italienne. Elle accueille 40’000 étudiants et compte douze départements d’études. L’établissement public fête cette année son 25e anniversaire. Le pape François s’y est rendu quinze ans après Jean-Paul II. Le pape polonais avait inauguré en janvier 2002 sa dixième année académique. (cath.ch/imedia/bh)


Le pape François (Photo: Flickr/Mazur/catholicnews.org.uk/CC BY-NC-SA 2.0)

Le pape rencontrera des Rohingyas au Bangladesh

"L'eucharistie permet de participer à la victoire du Ressuscité sur le péché", a affirmé le pape à l'audience générale. | © CTV

“La messe c’est refaire le Calvaire, pas le spectacle“

Actualités ›