Vatican

Mgr Baldisseri: “'Christus vivit' doit être la 'magna carta' de la pastorale des jeunes“

La nouvelle exhortation apostolique du pape François Christus vivit doit devenir la «magna carta” d’une pastorale inclusive à destination des jeunes, a considéré le cardinal Lorenzo Baldisseri le 2 avril 2019. Le secrétaire général du Synode des évêques s’exprimait le 2 avril 2019 au cours de la conférence de présentation de ce document magistériel.

Christus vivit assume explicitement d’être une lettre destinée aux jeunes du monde entier, a relevé le cardinal Baldisseri. C’est pour cela que le pape François y adopte un ton fait de «proximité, franchise, simplicité, tendresse et sympathie». «J’ai eu l’impression de parler avec une personne proche, comme un père qui m’offre des conseils et des suggestions», a confirmé Laphidil Oppong Twumasi, jeune fille de 25 ans invitée à la conférence.

Pour le cardinal Baldisseri, cette exhortation post-synodale est destinée à devenir la magna carta de la pastorale des jeunes, pour que celle-ci soit inclusive en dépassant toute tentation d’élitisme. L’objectif est que les jeunes saisissent pleinement leur existence pour accueillir le don de la vie et le faire fructifier dans l’amour.

Mgr Fabio Fabene, sous-secrétaire du Synode des évêques, a quant à lui relevé la date significative de publication de ce texte. Il a en effet été rendu public le 2 avril, jour anniversaire de la mort du pape Jean Paul II (1978-2005). Ce pape, a-t-il poursuivi, est l’auteur de la première lettre apostolique spécifiquement adressée aux jeunes, Dilecti amici (1985).

Un document «sans archaïsme»

Ce document, a relevé Mgr Fabene, est inspiré par la confiance mise par l’actuel chef de l’Eglise catholique en les jeunes. Pour cela, il s’adresse directement à eux, en utilisant leurs langages. Le prélat a par ailleurs considéré comme très prophétique et courageux l’appel lancé – au paragraphe n.100 – aux jeunes de participer à la prévention et à la lutte contre les abus.

Ecrit «sans archaïsme», ce document montre un effort et une volonté d’entendre notre cri, de nous écouter vraiment, a encore estimé Laphidil Oppong Twumasi. Originaire du Ghana et vivant en Italie, elle avait participé à la réunion pré-synodale de mars 2018. «Lire ce document, a-t-elle confié, a à la fois été une émotion indescriptible et une découverte agréable».

Enfin Paolo Ruffini, préfet du Dicastère pour la communication, a considéré que Christus vivit appelait la communauté catholique à ne pas réduire l’Evangile à une proposition «insipide, incompréhensible, lointaine». Au contraire, elle doit accepter d’être populaire et donc entrer dans un processus lent, respectueux, patient, confiant, infatigable, compassionnel. (cath.ch/imedia/xln/bh)

Mgr Lorenzo Baldisseri au milieu de jeunes Africains participant au pré-synode des jeunes en mars 2018, à Rome. | © B. Hallet
2 avril 2019 | 15:13
par Bernard Hallet
Partagez!