"Là où la religion est absente, se crée un vide prêt à être comblé par un nouveau venu", selon Mgr Morerod (Photo: Bernard Hallet)
Suisse
"Là où la religion est absente, se crée un vide prêt à être comblé par un nouveau venu", selon Mgr Morerod (Photo: Bernard Hallet)

Migration: le vide spirituel est source de tensions, selon Mgr Morerod

27.12.2016 par Pierre Pistoletti

Le vide spirituel des sociétés occidentales, combiné à la ferme croyance des immigrés musulmans, jettent les bases de tensions interculturelles, affirme Mgr Charles Morerod dans l’éditorial du dernier numéro de la revue Nova et Vetera. Il y justifie également l’objection de conscience lorsque les accords migratoires bafouent la dignité des êtres humains.

Pour Mgr Charles Morerod, “les religions sont parfois un facteur de conflits” lorsque différentes cultures se rencontrent. Il relève en particulier “la difficulté d’intégration d’immigrés musulmans dans nos sociétés de tradition chrétienne, alors que la question se pose moins pour des immigrés chrétiens”.

Un vide à combler

Parmi les sources de ces tensions, “qui ne mènent à la violence que dans le cas d’une minorité d’immigrés musulmans”, l’évêque évoque la relégation de la religion à la sphère privée ainsi que le vide spirituel des sociétés occidentales.

“L’islam envisage une grande unité de la vie sociale, écrit l’évêque dans la revue théologique et culturelle qu’il dirige. Or des musulmans se trouvent dans des sociétés où aucune religion ne joue un rôle perceptible dans la vie sociale (…). Là où elle est absente, se crée un vide prêt à être comblé par un nouveau venu. Si en outre ce nouveau venu a une vocation missionnaire – ce qui est normal pour qui estime vraie sa croyance – il travaillera activement à occuper l’espace spirituel”.

“Là où la religion est absente, se crée un vide prêt à être comblé par un nouveau venu.”

Sous nos latitudes, cet espace est vide, selon l’évêque. Et ce vide, combiné à la ferme croyance d’immigrés musulmans, “jettent les bases de tensions”. Des tensions aggravées lorsque “des immigrés ou descendants d’immigrés musulmans se sentent rejetés et marginalisés. Cela favorise chez certains d’entre eux un rejet de qui les rejette”.

Musulmans convertis au catholicisme

En revanche, s’ils se sentent “accueillis chrétiennement”, ou “embrassés par la charité (désintéressée) des disciples du Christ”, ils sont susceptibles de se convertir. Charles Morerod affirme en effet qu’en Autriche, ces dernières années, “cela a conduit des centaines de musulmans à devenir catholiques”.

C’est aussi l’application des lois liées à la migration qu’interroge Mgr Morerod dans sa réflexion. “Que faire face à des êtres humains en détresse?”, questionne-t-il. “Bien que personne n’ait trouvé une solution parfaite aux drames des réfugiés, la solution ne passe certainement pas par une négation de la dignité des personnes”. Il illustre son propos par le contenu d’une lettre reçue de la secrétaire de l’association suisse de soutien aux migrants Solidarité sans frontière: “Ce sont des Etats de droit démocratiques qui passent des accords migratoires qui reviennent à troquer des êtres humains comme des marchandises, ce sont ces mêmes Etats démocratiques qui refoulent en mer de manière illégale, qui enferment des migrants en prison comme des criminels”.

Pour Mgr Morerod, si les “droits qui appartiennent à chaque être humain (…) ne sont pas respectés, il est juste d’invoquer une objection de conscience sans laquelle un Etat sombre dans le totalitarisme”. (cath.ch/nv/pp)


La nouvelle salle de prière musulmane est située à proximité du boulevard de Pérolles (Photo:Fei Peng/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Une nouvelle salle de prière musulmane à Fribourg

Jean-Luc Addor est conseiller national UDC (Photo:Olivier Maire/Keystone)

Condamnation de Jean-Luc Addor: l'UDC parle d'une justice "instrumentalisée par les barbus"

Actualités ›