Pascal Gemperli, président de l'Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) (Photo:Jean-Christophe Bott/Keystone)
Suisse
Pascal Gemperli, président de l'Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) (Photo:Jean-Christophe Bott/Keystone)

Les musulmans vaudois demandent la reconnaissance d'intérêt public

14.07.2017 par Maurice Page

Pascal Gemperli, président de l’Union vaudoise des associations musulmanes UVAM a confirmé le 14 juillet 2017 que les musulmans allaient déposer une demande de reconnaissance par l’Etat de Vaud. S’exprimant au Journal du matin de RTS la Première, il dénonce les étiquettes utilisées pour faire peur à la population.

Schaffhousois d’origine converti à l’islam, Pascal Gemperli est parvenu à faire de l’UVAM une organisation de référence en Suisse. “Nous avons décidé d’aller de l’avant avec la demande reconnaissance par l’Etat de Vaud comme communauté d’intérêt public. Nous sommes en train de rassembler les documents et de constituer le dossier, selon les directives de l’Etat.” Le dossier devrait être déposé avant la fin 2017 mais le processus durera probablement plusieurs années.

Pour Pascal Gemperli cette demande est symboliquement importante. Avant d’accorder cette reconnaissance les autorités vont vérifier partout dans les mosquées les finances, les compétences des imams etc. pour “dire à la fin: c’est bien vaudois et compatible avec la démocratie. Cela fait partie de la normalisation de la présence des musulmans en Suissse.”  Cette reconnaissance doit permettre notamment aux musulmans d’être consultés sur les sujets religieux ou sociaux et de participer aux aumôneries dans les hôpitaux ou les prisons. Elle engage aussi pour le dialogue interreligieux.

Une situation calme

“Sur le plan politique, à part un seul parti (UDC ndlr) qui a déjà annoncé un référendum quel que soit le dossier, tous les autres disent que si le dossier tient la route et respecte les exigences de la loi il n’y aura pas raisons de s’y opposer”, commente le président de l’UVAM

Il rappelle que la situation de l’islam en Suisse est globalement calme notamment grâce à la bonne collaboration avec les autorités politiques et policières. En Suisse ce travail d’échange et de proximité permet le dialogue et prévient les dérives.  C’est le seul moyen de construire la confiance.

30’000 musulmans dans le canton de Vaud

L’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) présidée jusqu’à la fin de l’année par Pascal Gemperli joue le rôle d’une structure faîtière. Sur les 20 mosquées recensées sur le territoire cantonal, 17 sont gérées par des associations membres de l’UVAM. Les musulmans vaudois représentent près de 5% de la population du canton, soit 30’000 personnes. Ce pourcentage correspond à la part des musulmans dans la population suisse. Une petite partie seulement des croyants du canton de Vaud est pratiquante.
L’initiative de l’UDC vaudoise “Contre l’intégrisme religieux” a échoué en mai dernier. Le comité n’a collecté que 3’000 des 12’000 signatures nécessaires. Ce texte avait précisément pour but d’interdire la reconnaissance d’intérêt public, pour les musulmans.  (cath.ch/rts/mp)


Une rue de la ville de Zinder, au Niger (Photo:diasundKompott/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Niger: L’Eglise "reconnue" dans ce pays musulman grâce à ses œuvres sociales

En Suisse, les imams devront peut-être prêcher dans une langue nationale (Photo d'illustration:Omurden M. Sezgin/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Les musulmans zurichois s'opposent à une interdiction du financement des mosquées de l'étranger

Actualités ›